Lettre ouverte des membres de l’Efus aux représentants des institutions européennes

Also in... (English),(Deutsch)

Réunies en Assemblée générale à Karlsruhe (Allemagne) le 13 mai, les collectivités locales membres de l’Efus (Forum européen pour la sécurité urbaine) ont publié  une lettre ouverte afin de présenter aux représentants des institutions européennes leurs attentes et leurs besoins dans le cadre des futures politiques de justice et de sécurité.

Karlsruhe, 13 mai 2014

Aux représentants des institutions européennes,

Nous, autorités locales et régionales membres du Forum européen pour la sécurité urbaine (Efus) travaillons ensemble depuis 26 ans pour rendre les communes, villes et régions d’Europe plus sûres et plus justes. Comme exprimé dans notre Manifeste d’Aubervilliers et Saint-Denis « Sécurité, démocratie et villes » (2012) nous sommes convaincus que les politiques de sécurité doivent être construites sur un équilibre entre prévention et sanction. Elles doivent aussi mobiliser l’ensemble des acteurs de la vie urbaine et les différents niveaux de gouvernance.

Notre expérience prouve que l’échange et la coopération au niveau européen sont nécessaires pour renforcer les capacités des acteurs locaux. Ceux-ci jouent un rôle central dans la construction d’une Europe, où les citoyens se sentent en sécurité.

Convaincus par le projet européen, nous collaborons de manière constante et depuis de nombreuses années avec les institutions européennes agissant dans le domaine des libertés, de la sécurité et de la justice.

Réunis lors de notre Assemblée générale 2014 à Karlsruhe (Allemagne), nous reconnaissons les progrès accomplis dans le cadre du programme de Stockholm, mais nous observons aussi certaines lacunes, que nous espérons voir comblées par la programmation qui lui succèdera.

A l’issue de nos débats, élus locaux et professionnels de la sécurité ont formulé les besoins et les attentes suivantes :

  1. L’Europe doit reconnaître pleinement le rôle des autorités locales et régionales dans les futures politiques de sécurité et de justice.
  2. Les budgets de l’Union européenne doivent refléter cette importance du rôle des autorités locales et régionales dans la mise en œuvre des politiques européennes de sécurité et de justice.
  3. Les efforts pour la sûreté et la sécurité en Europe doivent se fonder sur une approche préventive, car elle est plus économique et durable.
  4. L’expérience des autorités locales montre qu’il est nécessaire d’appréhender de façon globale les problèmes d’insécurité : l’UE doit avoir une approche holistique en associant toutes les Directions générales concernées.
  5. L’Europe doit établir un cadre politique clair et large qui soit suffisamment flexible pour intégrer des problématiques émergentes et qui demandent d’agir rapidement au niveau local.
  6. Ce cadre politique européen doit soutenir le développement d’outils qui contribuent à établir des méthodologies pan-européennes ; il doit notamment favoriser la construction d’une base de connaissances européenne qui nourrira les politiques de sécurité et renforcera l’efficacité de leur mise en œuvre.
  7. Afin de développer une prévention de la criminalité fondée sur des données probantes, l’Union européenne doit favoriser l’échange de savoirs et de pratiques au sein de l’Europe au-delà des programmes à court terme. Ainsi, elle doit soutenir les réseaux qui ont la capacité de travailler sur le long terme.
  8. Les politiques européennes en matière de sécurité doivent être davantage développées autour des besoins des citoyens et s’appuyer sur la proximité des autorités locales et régionales afin d’en être au plus proche.
  9. Un nouveau cadre politique de l’UE doit prendre en compte les particularités et les spécificités de l’environnement urbain quant aux politiques de sécurité.
  10. 10. La sécurité doit toujours aller de pair avec la liberté. Cette vision, fondée sur les droits de l’Homme, doit être au cœur du nouveau programme-cadre de l’UE.
  11. 11. Les autorités locales sont en première ligne dans la gestion des conséquences humanitaires et sur la sécurité des phénomènes de migration ; elles doivent être soutenues en conséquence.
  12. 12. Etant donné le rapprochement prévu entre les politiques intérieure et extérieure de l’UE, celle-ci doit promouvoir dans ses programmes d’aide extérieure ces mêmes principes de prévention holistique, fondée sur les droits de l’Homme et centrée sur les citoyens.

Nous, autorités locales et régionales du Forum européen pour la sécurité urbaine, souhaitons que vous, représentants des institutions européennes, intégriez pleinement les besoins des élus locaux et professionnels de la sécurité dans le domaine des politiques de sécurité. Nous continuerons à contribuer à vos côtés à la mise en œuvre d’un espace de liberté, de sécurité et de justice.

Pour le Forum européen pour la sécurité urbaine,
Guilherme Pinto
Président