EUROsociAL : le gouvernement panaméen adopte le schéma proposé par l’Efus pour la coordination des acteurs de la prévention de la violence

Also in... (English),(Español)

Panama City, 20 janvier 2015 – Depuis le début du programme EUROsociAL au Panama, le gouvernement panaméen a exprimé le besoin de mieux coordonner les acteurs impliqués dans la prévention de la violence, au vu du nombre important d’initiatives sur le terrain qui ne donnent pas les résultats escomptés à cause du manque de mécanisme de coordination.

L’Efus, qui travaille au Panama dans le cadre de l’axe « sécurité citoyenne » d’EUROsociAL (programme de coopération Europe-Amérique latine), collabore avec le ministère panaméen de la Sécurité publique (Ministerio de Seguridad Pública de Panamá, MINSEG) pour renforcer sa « Stratégie nationale de sécurité citoyenne ». Celle-ci est fondée sur cinq axes, dont le renforcement des institutions, la prévention et la réinsertion sociale.

photo 1 (7)

Le 20 janvier, l’Efus a organisé une série de réunions de travail au Panama afin de présenter sa proposition d’articulation entre les niveaux de gouvernance central et local en matière de prévention. Cette proposition était fondée notamment sur les pratiques européennes (France, Royaume-Uni, Italie et Belgique) et le travail mené au Panama en 2013 (réunions, entretiens, ateliers) avec les acteurs locaux et nationaux de la prévention de la violence.

Participaient à ces réunions le vice-ministre de la Sécurité publique du Panama, Rogelio Donadío, le directeur du Bureau de la Sécurité intégrale (Oficina de Seguridad Integral, OSEGI), Hernán Morales, et des représentants des gouvernements locaux de la province de Panama, de San Miguelito et de  Yavitza. Ils ont jugé la proposition intéressante et ont donné leur aval pour sa mise en oeuvre.

Hernán Morales et Gian Guido Nobili

 

La proposition était présentée au nom de l’Efus par Gian Guido Nobili, responsable du service de la politique de sécurité de la région Emilie Romagne, en Italie. Il a notamment expliqué que le système proposé consiste à signer des accords de coopération entre les niveaux local et national dont l’objectif serait de mettre en place un fonds de contribution pour financer les programmes et projets de sécurité urbaine du ministère de la Sécurité publique (MINSEG).

Ce système permettrait aux gouvernements locaux de soutenir le gouvernement national dans la gestion de la prévention de la violence et de les impliquer dans la stratégie nationale. De plus, il permettrait de mieux utiliser les ressources publiques et de renforcer les gouvernements locaux sur les questions de sécurité citoyenne et de prévention.

Le prochain objectif, pour 2015, est de concevoir un outil méthodologique permettant de mettre en oeuvre concrètement cette proposition sur l’ensemble du territoire panaméen, conformément à l’engagement et à la volonté du MINSEG.

2015-02-13

1423828707

8602