Visite d’une délégation serbe à l’Efus, au Forum français et dans deux villes du réseau pour préparer la création d’un Forum serbe

Also in... (English)

Paris/Montreuil/Aubervilliers, 6 avril 2012  – Comment fonctionne le Forum européen ? Comment est organisée la prévention dans les villes françaises ? Ce sont les deux thèmes principaux de la visite à Paris de représentants des autorités locales serbes, organisée du 4 au 6 avril 2012 dans le cadre du programme PBILD (peace-building) des Nations Unies en Serbie.

Le Forum européen a contribué pour la deuxième fois au projet « Safer Cities » (villes plus sûres) mis en place par ONU-Habitat et d’autres agences des Nations Unies en Serbie. A la suite d’un projet mis en place en Serbie centrale (2006-2008), la composante « safer cities » de PBILD a accompagné 13 municipalités de Serbie du sud pour qu’elles réalisent des enquêtes de sécurité locale et établissent des partenariats locaux dédiés à la prévention. Ce projet a aussi permis aux autorités locales serbes d’échanger sur des problèmes communs et a apporté une perspective européenne sur les questions de sécurité urbaine, grâce à la participation de l’Efus. Lors de la conférence finale du projet, le 27 octobre 2011 à Belgrade, les partenaires ont décidé de continuer à travailler ensemble et de créer un Forum serbe pour la sécurité urbaine, qui travaillerait étroitement avec l’Efus.

La visite en France avait pour but de soutenir cette initiative. Un certain nombre de représentants serbes ont ainsi été invités à rencontrer, à Paris, l’équipe de l’Efus et du Forum français pour la sécurité urbaine -le Forum national le plus ancien du réseau- pour discuter de divers thèmes de sécurité urbaine ainsi que de la coopération inter-villes.

La délégation serbe était composée de la responsable du district de Juzno-Backi, Darija Sain, de Novi Sad, en Serbie du nord, du président du Conseil de sécurité de la ville de Cacak, en Serbie centrale, Mirko Levajac, du secrétaire de l’Assemblée municipale et du Conseil de sécurité de la ville de Medvedja, en Serbie du sud, ainsi que du coordinateur PBILD du projet « safer cities », Svetislav Paunovic.

Conformément à la mission de l’Efus -« les villes aident les villes »-, des visites séparées ont aussi été organisées à Montreuil et Aubervilliers, deux municipalités proches de Paris, pour discuter de l’organisation, notamment institutionnelle, de la prévention en France et de thèmes tels que les violences contre les femmes, la vidéosurveillance et les populations roms. La délégation serbe a aussi rencontré des responsables de la police.

A Montreuil, ville membre de l’Efus depuis 2000, la délégation serbe a été accueillie à la mairie par l’adjointe au maire chargée de la tranquillité publique, Véronique Bourdais. La réunion, essentiellement consacrée à la prévention de la violence contre les femmes, a eu lieu en présence également de Valérie Demonchy, chargée de mission Droits des Femmes, Catherine Millet, assistante sociale au commissariat de police, et Elodie Caps,  psychologue au commissariat de police.

Véronique Bourdais a souligné que ce type de violence est « une forme majeure de délinquance » mais qu’elle est souvent difficile à détecter. Elle a aussi souligné l’importance de travailler avec un réseau de partenaires locaux et d’informer les femmes sur leurs droits et l’aide à laquelle elles peuvent accéder. L’une des actions mises en place par Montreuil sur ce thème est la « semaine de sensibilisation sur les violences contre les femmes » organisée chaque année avec des partenaires locaux, au cours de laquelle ont lieu divers débats et des projections de films. L’un des thèmes abordés pendant cet événement est l’excision des femmes, une pratique courante dans de nombreux pays et notamment certains dont sont originaires une partie des habitants de Montreuil.

La délégation serbe a ensuite été reçue par le commissaire de police du 2e arrondissement de Paris, Bernard Bobrowska. Cette réunion a été principalement consacrée à la vidéosurveillance, l’un des outils importants du maintien de l’ordre à Paris. M. Bobrowska a présenté le nouveau « Plan de Vidéo Protection de Paris » et notamment les mesures prises pour protéger la vie privée et les droits civiques.

Le lendemain, la délégation serbe a été reçue à Aubervilliers (membre de l’Efus depuis 1993), par le directeur du département de prévention et de sécurité de la ville, Alain Périès, et le responsable de la police locale. Ceux-ci ont présenté le plan de prévention de la ville et souligné l’importance de travailler avec un partenariat local. M. Périès a notamment mis l’accent sur l’action de la politique de la ville ciblant les jeunes, l’aide aux victimes et l’accès au droit des citoyens, la lutte contre la récidive ou contre l’addiction. La délégation serbe a fait remarquer que les différences culturelles pourraient parfois être un obstacle à la mise en place de pratiques similaires, par exemple la nomination d’un « citoyen référent » qui jouerait un rôle de médiateur ou de porte-parole comme cela se fait à Aubervilliers, serait ressentie par les citoyens serbes comme une intrusion illégitime dans leur vie privée.

D’autres projets présentés pendant cette rencontre sont les Points d’Accueil pour les personnes récemment libérées de prison, l’abri pour les toxicomanes et les actions mises en place pour favoriser l’intégration des Roms.

Interview avec Darija Sain, à l’issue de la visite

Au terme de cette visite, la délégation serbe a réaffirmé son objectif de créer un Forum serbe pour la prévention et la sécurité, avec l’aide de l’Efus. Il a été convenu que l’Efus continuerait à travailler avec les villes serbes sur un certain nombre de thèmes, comme l’intégration des Roms -à ce propos, la délégation serbe a tenu à souligner que la coexistence avec les Roms est ancienne et pacifique-, la violence des groupuscules d’extrême-droite, le hooliganisme et les toxicomanies. La délégation a aussi manifesté son intérêt pour l’approche de l’Efus en matière de vidéosurveillance, notamment la Charte pour une utilisation démocratique de la vidéosurveillance. Enfin, elle a aussi remarqué qu’il serait utile d’avoir une version en serbe du guide de l’Efus sur les enquêtes locales de sécurité, qui pourrait ainsi être utilisé dans le cadre du travail mené avec le programme PBILD.

Lisez l’article de PBILD sur la visite

2012-04-20

1334916284

2734