Journée débat autour du Manifeste sur le thème « tourisme et sécurité » à Brac, Croatie : soutenir l’industrie du tourisme par une politique active de prévention

Also in... (English)

 

Brac, Croatie, 19-20 septembre 2013 – L’Efus et le magazine croate Zastita, spécialisé sur les questions de sécurité, ont organisé conjointement un débat autour du Manifeste sur le thème « tourisme et sécurité », lors de la première conférence internationale sur la sécurité et le tourisme, qui s’est tenue sur l’île croate de Brac les 19 et 20 septembre 2013.

Cette conférence internationale a rassemblé des experts de Croatie et des pays voisins ainsi que du Royaume-Uni (sur les programmes de sécurité mis en oeuvre pour les Jeux Olympiques de Londres en 2012), d’Allemagne (sur la politique de sécurité de la ville de Munich pour l’Oktoberfest) et des Etats-Unis (expertise sur la thématique du tourisme et de la police).

Le niveau élevé de sécurité en Croatie est considéré comme un atout majeur de son industrie du tourisme. Le consensus général parmi les participants à la conférence était que le tourisme doit être promu et soutenu par une politique active de prévention de la délinquance. Tout au long de la conférence, les participants ont débattu des opportunités et des risques liés à la croissance rapide de l’industrie du tourisme en Croatie. Si bien cette évolution peut engendrer des conflits mineurs liés à l’utilisation des espaces publics, mais aussi des risques beaucoup plus sérieux de tourisme sexuel qui ne doivent pas être sous-estimés, le tourisme reste le secteur le plus prometteur pour le développement économique de la Croatie. Cependant, la croissance en flèche du nombre de visiteurs depuis la fin des années 80, en particulier dans les Dalmates où est située Brac, soulève des questions sur l’impact du tourisme sur la culture locale et l’environnement et sur la durabilité du modèle de tourisme de masse.

 

Un thème clé : la cohabitation entre touristes et populations d’accueil

Le Manifesto Debate Day a rassemblé un large éventail d’organisations de la société civile -guides touristiques, organisations d’étudiants Erasmus, groupes de jeunes- qui ont débattu des recommandations du Manifeste d’Aubervilliers et Saint-Denis sur le thème du tourisme et de la sécurité et plus particulièrement des relations entre résidents locaux et touristes.

Raymond Saller, du département du Travail et du Développement économique de la ville de Munich, membre de l’Efus, a expliqué comment se prépare et s’organise l’Oktoberfest (fête de la bière annuelle) afin d’attirer les visiteurs et de contribuer au développement de Munich.

Nick Colgan, un expatrié britannique installé de longue date en Croatie, organise des festivals de musique qui attirent jusqu’à 17 000 personnes de 38 pays. Il a souligné que le partenariat entre les autorités locales, les offices national et local du tourisme et la communauté locale est un élément clé pour le succès de ces festivals. Ainsi, avant et après chaque événement, M. Colgan organise des réunions régulières avec les partenaires locaux pour recueillir leurs réactions et suggestions et trouver des solutions aux problèmes qui ont pu surgir lors de l’édition précédente.

Un guide local a signalé que l’abus d’alcool parmi les touristes est souvent un problème, bien plus que la drogue, qui peut dégénérer en comportements anti-sociaux, en violence entre individus ou en conduite en état d’ébriété, autant de déviances qui posent des risques à la sécurité.

 

« Système entre potes » et « Ambassades de fans » : exemples d’initiatives pour une meilleure compréhension mutuelle

L’une des questions clés en matière de tourisme et de sécurité est la cohabitation entre différents groupes de population qui ont chacun un usage distinct de l’espace public et qui ont aussi des besoins et des attentes spécifiques. Le respect entre résidents locaux et touristes est un thème dont on a beaucoup débattu lors de la conférence, notamment parce que de nombreuses organisations croates estiment que les touristes manquent de respect envers la population locale et l’environnement en raison de leur méconnaissance ou d’un manque d’intérêt. Les organisations de guides touristiques ont souligné l’importance d’éduquer les visiteurs au sujet des communautés d’accueil. Un participant a suggéré l’idée de former certains membres de ces communautés à la fonction de guide pour multiplier le nombre d’interlocuteurs susceptibles d’agir en faveur d’une meilleure compréhension mutuelle.

L’organisation des étudiants Erasmus a présenté une initiative innovante : chaque étudiant visiteur est mis en contact avec un correspondant local, étudiant lui aussi, qui l’aide à s’installer en Croatie. Ce « système entre potes » permet aux étudiants visiteurs de s’informer sur la communauté d’accueil et de mieux comprendres les us et coutumes locaux, ce qui permet de prévenir les malentendus ou les conflits entre visiteurs et résidents.

La qualification des agents de police a aussi été évoquée comme un moyen d’améliorer les relations entre touristes et populations locales. Certains représentants d’associations de résidents ont affirmé que les populations locales subissent des préjudices en raison de la présence des touristes et estiment que la police n’intervient pas assez.

Elizabeth Johnston, déléguée générale de l’Efus, a souligné que tous les conflits ne nécessitent pas l’intervention de la police et qu’il est important que les résidents et les associations locales s’appuient sur la médiation pour résoudre les conflits mineurs, quoiqu’importants. Par exemple la présence de médiateurs à certains points « stratégiques » des espaces publics ou à certains moments de la journée et de la nuit peut favoriser une cohabitation pacifique et prévenir les incidents.

Une présentation des « Ambassades de fans » a aussi été faite. Pendant les tournois internationaux de football, des groupes de fans des clubs visiteurs montent des « ambassades » dans la ville d’accueil pour accueillir les supporters, leur donner des informations sur la communauté locale et faire le lien avec les autorités locales afin de prévenir les malentendus et les conflits. Ce type d’ambassades informelles constituées par des groupes de la société civile pourrait inspirer des initiatives similaires avec les groupes de visiteurs en Croatie.

Des représentants de la police de Split ont exposé leur stratégie de coopération entre la police, les guides touristiques et les autorités locales. L’échange régulier d’information et la coordination des actions permettent de prévenir et de réduire les incidents affectant tout autant les touristes que les résidents.

D’autres thèmes ont été débattus pendant cette conférence, notamment l’information qui doit être donnée aux touristes sur les risques qu’ils encourent lorsqu’ils visitent la Croatie (désastres naturels, comme par exemple les tremblements de terre, ou actes criminels), le rôle des pompiers et l’information donnée aux touristes sur les risques de feux de forêt en été, les capacités des institutions locales et régionales en matière de sécurité des touristes, le développement de partenariats public-privé pour améliorer la sécurité des touristes, et les possibilités de subventions européennes pour le développement des moyens de recherche et sauvetage.