Le Nouvel Agenda Urbain : une urbanisation durable pour des villes plus sûres

Also in... (English)

Paris, octobre 2016 – Du 17 au 20 octobre 2016, la Conférence des Nations Unies (ONU) sur le logement et le Développement Urbain Durable (Habitat III), à Quito au Equateur, adoptera le Nouvel Agenda Urbain (NAU), constituant les nouvelles orientations en matière de développement de politique urbaine à travers le monde pour les vingt prochaines années.


Ce nouvel agenda aura pour objectif de répondre à la multiplicité des défis auxquels font face les villes du monde tels que : l’urbanisation toujours croissante, la transformation des villes en méga-régions, l’augmentation de la part des logements informels et la montée de la criminalité qui en résulte, ainsi que le dépassement des dynamiques d’urbanisation spontanée et la réduction de la ségrégation sociale.

Le nouveau modèle d’urbanisation que prône le NAU se fonde sur plusieurs principes essentiels tels que la protection et la promotion des droits humains fondamentaux ainsi que l’État de droit.

Le NAU a pour but de :

  • garantir un développement urbain équitable et une croissance inclusive en assurant l’égalité des chances pour tous ;
  • responsabiliser la société civile ;
  • étendre la participation et renforcer la collaboration ;
  • assurer la durabilité environnementale,
  • promouvoir l’innovation facilitant l’apprentissage et l’échange de connaissances.

Les moyens proposés par le NAU que devront employer les autorités politiques pertinentes vont de la redynamisation de la planification urbaine et de l’aménagement territorial à l’autonomisation politique et financière des grands centres urbains, en passant par la réalisation de politiques urbaines à l’échelon national, ainsi que le renforcement des législations urbaines et des systèmes de gouvernance.

Quel lien avec la lutte contre l’insécurité urbaine?

Contrairement aux deux derniers agendas urbains, Habitat III mentionne explicitement les questions de sécurité urbaine. Le NAU préconise une vision préventive et intégrée de la lutte contre la criminalité dans les villes au travers d’un modèle d’urbanisation durable visant à diminuer la pauvreté et les inégalités et à promouvoir l’égalité des chances. C’est avec ces priorités et grâce à la mise en place d’une stratégie globale et intégrée que le ​modèle de développement promu par le ​ NAU permettra notamment plus de sécurité dans les villes. ​Le NAU​ ​​propose une stratégie globale d’aménagement du territoire facilitant la mixité sociale, l’accès aux services​ publics​ de base​, à de​s​ logements abordable​s​ et un usage des espaces publics​ qui favorisent l’interaction sociale et intergénérationnelle.

Ainsi, la stratégie du NAU quant à la prévention de la criminalité, de l’extrémisme violent et du terrorisme s’articule autour de trois idées fondamentales. Tout d’abord, l’intégration des communautés locales et des acteurs non gouvernementaux dans le processus d’élaboration des stratégies et initiatives urbaines doit être renforcée. Les autorités publiques doivent prendre en compte la vulnérabilité des populations des bidonvilles et les facteurs culturels. Enfin, celles-ci doivent agir pour prévenir la stigmatisation de groupes humains spécifiques comme posant intrinsèquement des menaces sécuritaires.

Lier le NAU et les Objectifs pour le développement durable (ODD)

Qu’est-ce que les ODD? Faisant suite aux Objectifs du Millénaire pour le Développement, dont la date-cible était 2015, ces propositions forment un ensemble d’objectifs de développement durable, adoptés par les pays membres de l’ONU afin d’éradiquer la pauvreté, protéger la planète et garantir la prospérité pour tous.

Plusieurs ODD concernent les questions urbaines et le NAU. Par exemple, l’objectif 11, « Faire en sorte que les villes et les établissements humains soient ouverts à tous, sûrs, résilients et durables », fait en particulier ce lien. De plus, l’objectif 16 de « promouvoir l’avènement de sociétés pacifiques et ouvertes aux fins du développement durable, assurer l’accès de tous à la justice et mettre en place à tous les niveaux des institutions efficaces, responsables et ouvertes » ne peut être considéré indépendamment de la question urbaine. De cette façon, l’efficacité de la mise en oeuvre des deux agendas par les pouvoirs publics nationaux et subnationaux dépendra de leur considération conjointe.

En effet, une démarche conjointe permet la complémentarité des deux agendas, notamment en ce qui concerne l’approche limitée et fragmentée des ODD par rapport aux questions urbaines et l’intégration des différents enjeux de développement durable. Elle permet également de renforcer le rôle et la responsabilité des acteurs locaux (préconisé par le NAU) en reconnaissant leur indispensable contribution pour atteindre (presque) tous les ODD.

Par ailleurs, la considération conjointe des deux accords internationaux améliore l’attention politique des états membres de l’ONU envers le NAU, dont la résonance internationale est potentiellement moindre par rapport à l’adoption des ODD. Ainsi, les ressources liées au monitoring, à l’examen et à l’appui des deux agendas devront être partagées pour ne pas marginaliser la mise en oeuvre d’un des deux accords.

En définitive, le Nouvel Agenda urbain va convenir de la marche à suivre en matière de développement urbain durable. Il est par conséquent très attendu par la plupart des décideurs politiques à travers le monde – notamment en ce qui concerne la prévention de la violence urbaine, de la criminalité et du terrorisme.

Une approche cohérente avec celle de l’Efus

Aussi, l’approche d’Habitat III s’inscrit en parfaite cohérence avec la démarche du Forum européen pour la sécurité urbaine (Efus), en prônant l’inclusion des autorités locales et régionales dans l’élaboration des politiques publiques et en préconisant une approche globale, intégrée et préventive des différents enjeux urbains. L’Efus et ses villes membres adopteront un nouveau Manifeste lors de la Conférence internationale  de Barcelone, en 2017. Celui-ci définira les principes et engagements des membres de l’Efus pour les cinq années à venir. Le NAU et les ODD vont ainsi permettre de nourrir la réflexion quant au rôle des collectivités territoriales dans la prévention de la criminalité et de l’insécurité urbaine.