Conférence sur l’état de l’Union 2015 : consacrer les ressources européennes à une politique urbaine commune

Also in... (English)

Florence, Italie, mai 2015 – Le Forum européen a participé à la cinquième conférence de haut niveau sur l’état de l’Union, organisée par l’Institut universitaire européen (EUI selon le sigle en anglais) à Florence (Italie), les 6-9 mai.

StateoftheU Comme chaque année, cette conférence a rassemblé des décideurs européens, des représentants de la société civile et du secteur privé, des leaders d’opinion et des universitaires. Soixante-dix intervenants de divers pays, 250 journalistes et 2 500 personnes ont assisté à cet événement. Parmi les personnalités présentes figuraient notamment les Premiers ministres italien, Matteo Renzi, et portugais, Pedro Passos Coelho, le vice-président de la Commission européenne, Frans Timmermans, le Haut Représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité (chef de la diplomatie), Federica Mogherini, le coordinateur du contre-terrorisme de l’UE, Gilles de Kerchove, et d’autres ministres et anciens chefs d’état et de gouvernement.
Le Forum européen était représenté par son président, Guilherme Pinto, ainsi que les maires de Rotterdam (Pays-Bas), Ahmed Aboutaleb, et Florence, Dario Nardella, et le ministre de l’Intérieur du gouvernement autonome de Catalogne (Espagne), Ramón Espadaler Parcerisas, qui ont participé à une session sur la technologie, la sécurité et la liberté organisée par l’Efus.

Une nouvelle Déclaration Schuman soulignant le rôle des maires dans les questions de sécurité

AnewSchumanSoixante-cinq ans après la Déclaration Schuman, pierre de touche dans le processus d’intégration politique en Europe, Giuliano Amato, Élisabeth Guigou et Vaira Vīķe-Freiberga ont présenté ce qu’ils appellent « un nouveau discours pour l’Europe – une raison d’être contemporaine et puissante pour l’UE ». Ils proposent notamment de dévier les ressources utilisées pour la politique agricole commune en faveur d’une « politique urbaine commune dans laquelle les maires pourraient jouer un rôle important».
L’un des thèmes centraux de leur déclaration était l’insécurité : « Le défi de l’Europe est de répondre à ces insécurités et de devenir à nouveau une source d’espoir pour un avenir meilleur et plus sage ». M. Amato, l’un des co-auteurs, a souligné que l’Europe doit apporter la sécurité à ses citoyens dans de nombreux domaines (économique, social, identité) dont notamment la sécurité extérieure et intérieure. « L’Europe peut prévenir des attentats comme celui de Paris. On est plus en sécurité dans sa ville parce que l’Europe fait quelque chose ; elle empêche des événements comme ceux-là d’arriver, » a-t-il déclaré. (Cliquer ici pour lire le texte intégral de sa déclaration et ici pour voir la vidéo).

Un débat sur la surveillance et les libertés en Europe et un appel en faveur de la protection de la vie privée dès la conception (privacy by design)

GROUPE ARTL’autre grand thème de la conférence était la surveillance et les libertés en Europe. Le débat a été enrichi par le projet européen de recherche SURVEILLE qui est mené par l’Institut universitaire européen et auquel l’Efus a participé comme partenaire. Les résultats de ce projet ont été présentés et débattus lors de la conférence sur l’état de l’Union.
Le projet a développé un cadre analytique et multidisciplinaire pour mesurer si les technologies de surveillance produisent bien de la sécurité et à quel coût financier. Ce cadre apporte une méthodologie pour faire une évaluation cartographiée des préoccupations éthiques liées à ces technologies et de leur intrusion dans la vie privée et les droits fondamentaux.
Pendant toute la durée du projet (40 mois), des chercheurs européens ont collaboré avec des développeurs et des utilisateurs finaux pour analyser l’utilisation de ces technologies dans les crimes graves, le contre-terrorisme et divers scénarios de sécurité urbaine. A la conférence, SURVEILLE a présenté un système d’aide à la décision qui peut être installé sur les feux de signalisation des villes et qui permet de contrôler l’usage des technologies de surveillance.
Les organisateurs avaient invité des élus membres du Forum européen à contribuer au débat sur la technologie et la sécurité urbaine (voir notre article ici). Ce panel a permis de souligner le rôle important que peuvent jouer les autorités locales dans une utilisation éclairée et responsable des technologies de sécurité.
Le projet SURVEILLE ambitionne d’apporter « une évaluation plus rationnelle et holistique des moyens d’atteindre le fameux ‘équilibre’ entre vie privée et sécurité ». Un concept important à ce sujet est celui de l’intégration de la protection de la vie privée dès la conception des technologies, ce que l’on appelle en anglais privacy by design.
Le coordinateur du projet, Pr Martin Scheinin, a souligné dans son discours sur l’état de l’Union que « la protection de la vie privée dès la conception est un facteur crucial car en dotant une technologie de surveillance de tels systèmes, nous pouvons améliorer les bénéfices technologiques et réduire les atteintes humaines aux droits de l’homme ». Il a ainsi appelé à inclure ces systèmes de privacy by design dans le développement des technologies.
(Cliquez ici pour voir la vidéo du discours de M. Scheinin, et ici pour voir la vidéo du panel organisé par l’Efus).

Parmi les autres thèmes de débat à la conférence sur l’état de l’Union, on notera également les relations entre l’Europe et le monde, notamment le Moyen Orient, l’Asie et les Etats-Unis, ainsi que le thème des migrations.

Les principaux discours et débats sont disponibles sur le site web de la conférence.