Prévention de l’extrémisme violent : l’Efus, le réseau Euromed et 60 maires de 18 pays signent une déclaration commune

Aussi en... (English)

Nice, octobre 2017 – La Déclaration de Nice, co-écrite par le réseau Euromed et l’Efus, a été adoptée le 30 septembre par les deux réseaux et 60 maires de 18 pays. Elle rappelle le rôle essentiel que les autorités locales et régionales accordent à la prévention de la radicalisation ainsi que leur volonté de coopérer entre elles et avec les institutions nationales et européennes. Cette déclaration a été signée dans le cadre de la conférence « Les maires des grandes villes d’Europe et de la Méditerranée face au défi du terrorisme » organisée les 29 et 30 septembre à Nice par le réseau Euromed avec le soutien de l’Efus, de l’Université de Toulouse Jean Jaurès et de l’Université de Nice Sophia Antipolis.

Julio Andrade Ruíz - Ayuntamiento de Malaga

Julio Andrade Ruíz, ville de Malaga (Espagne)

La déclaration de Nice

À travers la déclaration de Nice, les villes signataires rappellent le rôle essentiel qu’elles accordent à la prévention de la radicalisation menant à l’extrémisme violent et leur volonté de coopérer entre collectivités locales mais également avec les institutions nationales et européennes. Elles plaident pour une meilleure reconnaissance du rôle des collectivités locales, notamment par une meilleure représentation dans les instances de concertation européennes dédiées à la prévention de la radicalisation. Elles appellent également à un renforcement du soutien financier pour les actions de prévention, de formation, de coopération, de recherche, de sécurisation des espaces publics ou encore pour l’aide aux victimes. Enfin, elles s’engagent à poursuivre leur mobilisation, à innover et à donner une place essentielle à l’éducation, à l’art et à la culture dans leurs politiques de prévention de l’extrémisme violent.

Declaration Nice

Adoption de la Déclaration de Nice

Le partenariat avec les institutions européennes

Julian King, Commissaire européen pour l’Union de la sécurité, a participé à cette conférence et fait part de son soutien à l’engagement des collectivités locales. Il a exprimé la  volonté de renforcer les financements européens pour les collectivités locales, notamment pour la sécurisation des espaces publics, et a appelé de ses voeux la mobilisation d’un collège d’élus auprès des instances européennes afin de poursuivre les discussions.

Par ailleurs, Julian King et Christian Estrosi, maire de Nice, président de Nice Métropole Côte d’Azur et président d’Euromed, ont participé le 28 septembre à un débat citoyen intitulé « Europe : plus forts ensemble contre le terrorisme ? ». Pendant plus d’une heure, une centaine de citoyens ont pu échanger directement avec les deux responsables sur la sécurisation des villes, la prévention de la radicalisation auprès des jeunes, la sensibilisation et l’accompagnement des familles ou encore la gestion du retour des personnes qui reviennent des zones de conflit.

Le rôle clé des collectivités territoriales dans la prévention et l’importance du partenariat euro-méditerranéen

Cette initiative euro-méditerranéenne sur la prévention de la radicalisation fait écho à l’ « Alliance des villes européennes face à l’extrémisme violent » initiée par le Congrès des pouvoirs locaux et régionaux du Conseil de l’Europe, l’Efus et les villes de Rotterdam (Pays-Bas) et Aarhus suite à la conférence d’Aarhus (Danemark) en novembre 2015.

Ces initiatives révèlent l’intérêt croissant des collectivités territoriales européennes pour des actions coordonnées, que ce soit à l’échelle européenne ou, comme ici, euro-méditerranéenne. C’est une évolution que l’Efus a appelée de ses voeux et qu’il salue, convaincu que l’échelon local a un rôle clé à jouer dans la prévention de la radicalisation et dans la définition et la mise en oeuvre des politiques et programmes de prévention.

Pour en savoir plus :

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *


*