« Démocratie, prévention et participation. Nouvelles stratégies pour la sécurité urbaine », Reggio Emilia, 17-18 octobre 2013

Also in... (English)

L’Efus était à Reggio Emilia (Italie) les 17 et 18 octobre à l’occasion d’une série d’événement co-organisés avec la municipalité dans le cadre de l’initiative « Sharing the Manifesto ». 

Reggio Emilia, Italie, 21 octobre 2013 – La municipalité de Reggio Emilia a organisé le 17 octobre une rencontre intitulée « Dalle città all’Europa. Nuove strategie per la sicurezza urbana » (Des villes vers l’Europe. Nouvelles stratégies pour la sécurité urbaine), en collaboration avec l’Efus, le Forum italien (FISU) et l’association Avviso Pubblico, sous le patronage de l’Anci (Association nationale des villes italiennes). Plus de 75 représentants de collectivités locales italiennes et de la société civile assistaient à cette rencontre sur le thème de la cohésion sociale et de la sécurité, à partir des principes défendus dans le Manifeste d’Aubervilliers et Saint-Denis : prévention, participation et démocratie. 

P1070363

Animé par Franco Corradini, adjoint au maire de Reggio Emilia en charge de la cohésion sociale et de la sécurité, le débat s’est ouvert par une déclaration d’Ugo Ferrari, premier maire adjoint de Reggio Emilia. Sont ensuite intervenus Sonia Masini, présidente de la Province de Reggio Emilia, Guilherme Pinto, président de l’Efus, Elizabeth Johnston, déléguée générale de l’Efus, Domenico Savi, préfet de police de Reggio Emilia, Giorgio Pighi, maire de Modène et président du Forum italien pour la sécurité urbaine (FISU), Aldo Milone, adjoint au maire de Prato, et Philippe Giorgetti, adjoint au maire de Marina-Bellaria.

Les intervenants ont notamment fait ressortir que dans un contexte de crise économique, les politiques de prévention se révèlent les plus efficaces pour lutter contre les violences et la délinquance. « Le droit à la sécurité est un élément fondateur du ‘vivre ensemble’, » a déclaré Franco Corradini. Par le biais d’actions culturelles, la formation des acteurs de terrain et la construction de réseaux de proximité -comme cela a été fait à Reggio Emilia- il est possible de renforcer la cohésion sociale au sein d’une ville. « Ces actions contribuent à favoriser l’implication et la participation des citoyens au niveau local, à travers desquelles se construit la prévention, » a conclu Guilherme Pinto, président de l’Efus. 

Un habitant sur six de Reggio Emilia est bénévole

Dans la continuité de ce débat, les membres du comité exécutif de l’Efus ont visité certains lieux emblématiques de la ville de Reggio Emilia qui ont fait l’objet d’actions de requalification urbaine et d’animation de l’espace public grâce à la forte implication des habitants. En effet, un habitant sur six de Reggio Emilia est bénévole et participe à l’animation des quartiers et de nombreux centres sociaux.

Depuis 2008, la ville et son département Sécurité et Cohésion sociale promeuvent une stratégie de sécurité intégrée qui, en partenariat avec les citoyens (au travers de « pactes d’entente entre la municipalité et les citoyens »), mène des projets participatifs pour répondre aux problèmes des quartiers. L’objectif est de redonner du lien social à une ville qui a connu ces dernières années de profondes transformations sociales et démographiques. 

L’un des exemples les plus réussis de cette démarche participative peut se constater dans le quartier de la gare. En 2008, le département Sécurité et Cohésion sociale de la mairie a organisé une marche exploratoire en collaboration avec les différentes associations impliquées dans la vie du quartier. Cette action a permis d’identifier des situations de dégradation urbaine et sociale qui causaient un sentiment d’insécurité chez les habitants (voir fiche de pratique). Des projets de requalification urbaine ont été lancés avec la participation active des citoyens, avec pour résultats un plus grand sentiment d’appartenance à la ville, qui est lié à une meilleure estime de soi parmi les habitants des quartiers concernés, et davantage de cohésion sociale.   

IMG_2314

Parmi les différentes expériences menées à Reggio Emilia, on peut également citer la requalification du parking couvert qui a été transformé en une place publique où se trouve le nouveau Café Reggio, qui sert de point de rencontre entre les habitants et où l’on ne consomme que des boissons sans alcool. Une autre initiative innovante a été la création d’une « unité de rue » dont l’objectif est de dialoguer avec les habitants du quartier et d’apporter un soutien sanitaire aux personnes en difficulté.

Les membres du Comité exécutif ont aussi visité le quartier de la via Panciroli.  En mai 2013, un projet de requalification participative a permis de restituer aux habitants le centre « Catomes Tot », qui existe depuis 30 ans et qui était détérioré. Il s’agit d’un centre d’accueil et de rencontres où des habitants de tous âges et de toutes origines organisent des activités culturelles et de loisirs. Une autre initiative intéressante à signaler, qui a été inaugurée en octobre 2013, est le « Labart », situé  dans un parc du centre-ville. Ce lieu a été conçu par des étudiants et approuvé par les habitants du quartier et il est maintenant utilisé par les étudiants des Beaux Arts et du conservatoire pour des cours de peinture et de photo ainsi que des répétitions de musique.  

P1070427photo 2

 

Débat autour des recommandations du Manifeste d’Aubervilliers et Saint-Denis

Apres les travaux du Comité exécutif, les membres du CE ont participé a un débat sur les recommandations thématiques du Manifeste d’Aubervilliers et Saint-Denis, dans le cadre de l’initiative « Sharing the Manifesto », et à la présentation de la publication EU Street violence – Groupes de jeunes et violence dans l’espace public.

P1070498

Environ 40 personnes, parmi lesquelles des travailleurs sociaux et des représentants d’associations de quartier, ont participé à ces échanges. Les participants ont souligné que le phénomène des bandes juvéniles n’existe pratiquement pas à Reggio Emilia et en région Emilie Romagne, contrairement à d’autres régions d’Italie et d’Europe, ce qu’ils expliquent par l’importance de la famille dans la vie sociale mais aussi par le travail mené auprès des jeunes par les associations locales et les écoles. 

Voir l’album photos.