Alcool, ville et vie nocturne : dix villes se réunissent à Lyon à l’initiative des Forums français et européen

Also in... (English)

Lyon, février 2014 – Alors que le projet européen « Safer Drinking Scenes » est terminé, les échanges au sein des Forums  sur la thématique de la vie nocturne se prolongent et s’amplifient. Les villes de notre réseau montrent beaucoup d’intérêt pour cette thématique et sont déterminées à continuer de partager et d’échanger afin de forger ensemble une vision commune.

Dix villes françaises se sont réunies les 27 et 28 février derniers à Lyon à l’initiative des Forums Français et européen pour la sécurité urbaine. Les objectifs de cette réunion organisée en partenariat avec la ville de Lyon étaient de présenter la démarche lyonnaise, de participer à une observation nocturne de terrain et, pour les villes présentes (notamment Lille, Brest, Bordeaux, La Rochelle, Lorient, Montpellier et Marseille), d’échanger sur leur actualité, leurs problématiques, leurs projets et leurs besoins en vue de construire un programme de travail.

A Lyon comme ailleurs, la vie nocturne est un véritable enjeu urbain à la confluence des politiques de la culture, de la santé, de la sécurité et de l’économie de la nuit. Les événements culturels (Fête des Lumières, festival des Nuits Sonores), les établissements de nuit (cafés, bars et discothèques) et les zones de promenade et de loisirs créées à l’occasion de grands projets d’aménagement urbain (Berges de Rhône, Berges de Saône) attirent un large public : habitants de la ville et de la région, touristes, étudiants…  A Lyon comme ailleurs, cette vie nocturne doit être régulée et encadrée afin de prévenir les problèmes et les excès qui remettent en cause le « bien vivre ensemble » la nuit.  Pour ce faire, il est nécessaire d’avoir une coopération efficace entre services de la ville, le secteur privé, la police et les autres pouvoirs publics concernés.

 Un programme de travail pour mutualiser les expertises
Lors de la rencontre à Lyon, des élus et techniciens de la ville, dont un service spécifiquement dédié à la vie nocturne, ont présenté l’état des réflexions sur ce thème et les dispositifs de prévention, de régulation et de sanction. Notamment, Lyon a développé depuis 2006 une charte de la vie nocturne et lancé une série d’actions fondées sur cette charte. Plusieurs instances ont été créées pour traiter toutes les questions relatives à la vie nocturne, notamment une commission consultative pour la prévention situationnelle et une cellule de veille de la vie nocturne.

Les discussions qui ont eu lieu suite à ces présentations et après la visite nocturne organisée avec l’Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie (UMIH) ont été riches et ont permis de poser des enjeux nouveaux sur lesquels les villes doivent travailler à l’avenir :

–       Quels sont les outils de gestion, de régulation et de prévention les plus efficaces à disposition des villes ? Comment les évaluer ?

–       Comment gérer les espaces qui sont à la frontière floue entre public et privé, mais aussi comment intervenir dans les espaces privés lorsqu’ils sont utilisés pour consommer en excès de l’alcool ?

–       Quels sont les vecteurs de réussite du partenariat entre ville et secteur privé (établissements de nuit) ?

–       Comment animer la nuit en répondant aux besoins des habitants, touristes ou étudiants tout en assurant un développement harmonieux de la ville ?

Pour répondre à ces enjeux, le Forum européen a présenté un programme de travail qui doit permettre de renforcer et mutualiser les connaissances et les expertises, en donnant aux villes la possibilité de participer sous différentes formes à des formations, des groupes de travail, des voyages d’étude et des séminaires. De plus, dans l’esprit « les villes aident les villes », ce programme permettra aux villes de bénéficier de l’expertise du Forum pour une offre d’accompagnement de leur politique de vie nocturne.

Ce programme de travail sera proposé prochainement à l’ensemble des adhérents de l’Efus.

Contactez-nous pour en savoir plus :
Mark Burton-Page burtonpage@efus.eu