Efus à la réunion annuelle du Forum de la société civile sur la drogue

Also in... (English)

Bruxelles, novembre 2016 – L’Efus a participé à la 11e réunion annuelle du Forum de la société civile sur la drogue de l’Union européenne (CSF selon le sigle en anglais), plate-forme consultative qui rassemble des représentants de la société civile et qui a pour mission d’informer les politiques européennes sur la drogue, les 7-8 novembre, à Bruxelles. Représenté par Joana Judice, chargée des programmes européens, l’Efus et d’autres membres du CSF ont discuté du travail réalisé cette année et du programme de travail pour 2017.

Des représentants de la Commission européenne et du Consortium international sur les politiques des drogues (IDPC selon le sigle en anglais), un réseau global rassemblant 166 ONG, ont fait un résumé de la Session spéciale de l’Assemblée générale des Nations Unies (UNGASS selon le sigle en anglais) sur « le problème mondial des drogues », qui s’est tenue à New York du 19 au 21 avril derniers. L’UNGASS a pour objectif d’élaborer un consensus mondial sur la lutte contre la drogue, en dépit des différences importantes existant entre les politiques suivies dans les différents pays et régions du monde. L’UNGASS a ainsi inclus le point de vue de l’Union européenne, auquel le CSF a contribué.

Le CSF a quatre groupes de travail sur les thèmes des standards de qualité en matière de réduction de la demande ; des relations institutionnelles avec l’UE et les structures internationales ; du programme d’action et de l’engagement de la société civile dans les politiques nationales de lutte contre la drogue, et de l’apport à la stratégie de l’UE en matière de drogue. L’Efus fait partie de ce dernier groupe de travail en tant que représentant des autorités locales et régionales européennes.

Le groupe de travail du CSF sur « les relations institutionnelles avec l’UE et les structures internationales » a travaillé intensément pour préparer les recommandations à la Commission européenne et au Conseil qui ont été reprises dans la déclaration de l’UE. Le point principal est que le CSF souligne l’importance de maintenir et de développer les politiques de réduction des risques, position qui a été mise en avant par l’UE. La déclaration officielle de l’UE, représentant les 28 Etats membres, affirme que « les mesures de réduction des risques doivent être promues et mises en place ».

Cependant, des représentants de la Direction générale Affaires intérieures de la Commission européenne ont souligné que bien que le document final de l’UNGASS soit équilibré et fondé sur des données probantes, il n’est pas aussi ambitieux que le souhaitait l’UE et notamment en ce qui concerne l’importance de la réduction des risques.

Préparation du programme de travail pour 2017

La deuxième partie de la réunion a été consacrée à préparer le programme de travail pour 2017, et chaque groupe a travaillé individuellement sur les priorités et principaux thèmes de travail. La stratégie de l’UE sur les drogues 2013-2020 comprend un plan d’action pour la période 2013-2016. Le nouveau plan d’action (2017-2020) est la continuation du précédent et inclut de nouveaux thèmes. Il est actuellement en cours de discussion dans les services de la Commission et sera ensuite examiné par le Groupe horizontal sur les drogues (Horizontal Working Party on Drugs, HDG), chargé de diriger et de gérer les travaux du Conseil en matière de drogue. Les membres du CSF ont la possibilité de faire des suggestions et d’envoyer des recommandations à la Commission avant la fin de l’année sur ce programme de travail, qui sera rendu public en mars 2017.

Rencontre avec les membres du Groupe horizontal sur les drogues

Les membres du CSF ont également pu rencontrer des membres du Groupe horizontal sur les drogues. Dix-sept Etats membres étaient représentés lors de cette session consacrée à une présentation des priorités de la présidence slovaque de l’Union européenne, suivie d’une séance de questions-réponses. Les discussions ont principalement porté sur quatre thèmes : comment le Conseil pourra donner suite à l’UNGASS ; la situation aux Philippines et la nécessité d’inclure le respect des droits de l’homme à toute politique anti-drogue ; la nécessité d’adopter des standards minimum de qualité dans tous les Etats membres, et l’accès des migrants et des réfugiés à la santé et aux services de réduction des risques.

En tant que membre du CSF depuis sa création, l’Efus considère que ce forum, qui réunit les services de la Commission européenne et des représentants d’organisations de la société civile, fait un travail positif, qu’il promeut le dialogue et qu’il reconnaît le rôle de la société civile dans la définition des politiques. De plus, le dialogue avec le Groupe horizontal sur les drogues s’améliore et un nombre croissant d’Etats membres prennent part à la réunion annuelle. Enfin, le travail du CSF a contribué de façon positive à l’UNGASS et a été pris en compte dans la position exprimée par l’UE lors de la session à l’ONU.

La réunion de Bruxelles était la première depuis le renouvellement des membres du CSF pour la période 2015-2017. Actuellement, 45 organisations représentant la société civile sont membres. Créé en 2007, le Forum de la société civile sur la drogue se réunit au moins une fois par an et sert de plate-forme d’échange informel de vues et d’information entre la Commission et les organisations de la société civile.