Compte rendu d’événement : Plus de 180 représentants locaux et experts européens participent à la conférence « Les villes européennes face à la radicalisation : communication et contre-discours », à Bordeaux

Also in... (English)

Bordeaux, France, mai 2016 – Plus de 180 représentants d’autorités locales et experts de 18 pays européens ont participé à la conférence « Les villes européennes face à la radicalisation : communication et contre-discours », co-organisée par les Forums européen et français pour la sécurité urbaine et la ville de Bordeaux les 26-27 mai, dans le cadre du projet européen LIAISE 2 (Local Institutions Against Violent Extremism).

Ce colloque consacré aux stratégies de communication et de contre-discours a été ouvert par Magnus Rantorp, le directeur de recherche du Centre suédois pour l’étude des menaces asymétriques (Centre for Asymmetric Threat Studies, CATS). Cet expert de renommée mondiale dirige actuellement un projet de recherche sur « Les menaces stratégiques terroristes contre l’Europe » focalisé sur la radicalisation et le recrutement de terroristes salafistes-djihadistes à travers l’Europe.

Après l’introduction de M. Ranstorp sur le thème général de la radicalisation, deux panels ont permis de présenter des exemples concrets de communication et de contre-discours au niveau local.

Le premier a abordé les moyens de communiquer sur un thème aussi délicat que la radicalisation sans stigmatiser quiconque et tout en préservant la liberté d’expression. Des élus de six villes et régions européennes ont partagé leurs expériences et pratiques.

Le second panel était dédié à l’élaboration et la mise en œuvre de stratégies locales pour diffuser des contre-messages aux discours et à la propagande extrémistes. Avec des exemples concrets, les intervenants ont montré que cette approche peut prendre plusieurs formes et utiliser divers outils et « messagers » pour diffuser des messages convaincants et positifs destinés à détourner les individus vulnérables de la voie de la radicalisation. Plusieurs praticiens locaux ont présenté les initiatives menées dans leur localité et plusieurs experts ont également contribué à cette session. Tous ont souligné l’importance d’atteindre le bon public-cible, plutôt que le public le plus large possible, et d’élaborer des messages alternatifs afin d’éviter de donner la prééminence aux messages extrémistes.

Le maire de Bordeaux, Alain Juppé, a conclu la conférence en soulignant le rôle clé que jouent les autorités locales dans la prévention de la radicalisation et la nécessité de renforcer la cohésion sociale face à ce phénomène et ses conséquences négatives.

Cette rencontre était la première d’une série de cinq conférences européennes qui seront organisées d’ici à la fin de 2017 dans le cadre du projet LIAISE 2, piloté par l’Efus et co-financé par la Commission européenne. Outre ces conférences, le projet organisera des formations pour les partenaires et leur apportera un support pour qu’ils développent des initiatives de prévention de la radicalisation à l’échelle locale. Le projet LIAISE 2 réunit 28 partenaires européens, dont 18 villes et régions.

Le rapport de la conférence résumant les principaux points des discours et débats sera disponible prochainement.

Plus d’information sur le projet LIAISE 2