L’Efus organise une série de débats avec des autorités locales à travers l’Europe sur la prévention des violences discriminatoires

Aussi en... (English)

Paris, septembre 2017 Dans le cadre du projet Just and Safer Cities for All (JUST), l’Efus organise une série de débats avec des élus locaux, des techniciens de la sécurité et des représentants de la société civile dans diverses villes européennes, sur le thème de la prévention locale des violences discriminatoires.

L’objectif est de poursuivre les discussions et d’affiner les recommandations pour les acteurs locaux qui souhaitent mettre en oeuvre des stratégies sur leur territoire pour contrer et prévenir la haine et l’intolérance. Quel doit être le rôle des autorités locales dans la lutte contre les violences discriminatoires ? Quels types d’action peuvent-elles prendre pour les prévenir ? Comment mettre en place ou améliorer la coopération avec les forces de l’ordre ou les organisations d’aide aux victimes ? Telles sont quelques-unes des principales questions débattues lors de ces rencontres.

Cette initiative a démarré à Madrid (Espagne) en novembre 2016 et s’est poursuivie à Vienne (Autriche) en mars 2017. L’Efus, avec la contribution des acteurs locaux ayant participé à ces deux événements, a alors élaboré un premier document établissant les priorités pour l’action des autorités locales en matière de prévention des violences discriminatoires. Les débats organisés actuellement dans d’autres villes européennes ont pour but d’intégrer à ces recommandations les contributions, perspectives et points de vue des acteurs locaux de différents pays européens.

Préparer les recommandations du prochain Manifeste de Barcelone et de Catalogne

L’objectif final de ce travail est de faire cesser les violences discriminatoires dans les villes européennes. Les recommandations seront intégrées au prochain Manifeste de Barcelone et de Catalogne de l’Efus, qui sera adopté lors de la conférence internationale Sécurité, Démocratie et Villes : coproduire les politiques de sécurité urbaine. Le manifeste comprendra l’analyse, les recommandations et l’engagement des autorités locales et régionales de l’Efus en matière de lutte contre les discriminations au niveau local pour les cinq prochaines années.

Déjeuner-débat à Brno (République tchèque)…

Le 19 septembre, un déjeuner-débat a eu lieu à Brno (République tchèque) lors des premières Journées nationales de la prévention, qui ont rassemblé des représentants des services de probation et de médiation, des villes de Brno, Brasov (Roumanie) et Vienne, ainsi que des universitaires de l’Université de Brno, de l’Université de Prague, de l’Université Mendel de Brno, de l’Université de Bratislava (Slovaquie) et de l’Institut tchèque de Criminologie et de Prévention sociale.  

Le projet JUST a été présenté par Pilar de la Torre, chargée de mission à l’Efus, et le débat a été animé par Shams Asadi, Commissaire en chef pour les droits humains de la ville de Vienne, qui a partagé l’expérience de sa ville et encouragé les participants à réagir aux recommandations.

Celui-ci s’est focalisé sur quatre aspects particulièrement importants pour les autorités locales : renforcer les connaissances et les données probantes sur la situation réelle des personnes vulnérables à l’échelle locale ; résoudre les problèmes du sous-signalement en obtenant la confiance des citoyens vulnérables ; adopter une approche multidisciplinaire en impliquant les acteurs locaux, dont les représentants des minorités et des organisations de la société civile afin d’identifier les priorités et d’élaborer des stratégies adaptées, et enfin contrer les discours de haine sur les réseaux sociaux.

… et à Stuttgart (Allemagne)

Le 6 octobre, un autre déjeuner-débat a été organisé à Stuttgart (Allemagne) dans le cadre de l’Assemblée générale du Forum allemand et européen pour la sécurité urbaine (DEFUS), en présence de représentants des villes d’Augsbourg, Düsseldorf, Essen, Fribourg, Gelsenkirchen, Heidelberg, Karlsruhe, Mannheim, Munich et Stuttgart et du Conseil de Prévention du Land de Basse-Saxe.

Moritz Konradi, chef de mission à l’Efus, a présenté la première version des recommandations en matière de lutte et de prévention contre les violences discriminatoires. Un débat animé s’en est suivi, principalement sur trois sujets : premièrement, les participants ont souligné l’importance d’avoir des données statistiques désagrégées sur différents phénomènes de violences discriminatoires. Actuellement, le manque de ce type de données freine le développement de stratégies de prévention efficaces et peut conduire à une perception des violences discriminatoires comme un problème marginal. Deuxièmement, les participants ont affirmé que les autorités locales peuvent apporter une aide importante aux groupes affectés et de nombreuses municipalités ont d’ailleurs déjà établi des services spécialisés et nommé des agents qui agissent comme point de contact pour les communautés locales. Troisièmement, les participants ont souligné l’importance de coopérer avec les organisations de la société civile, car les efforts conjoints et la coordination des réseaux de prévention est la meilleure garantie de succès contre l’intolérance et les violences et crimes qui y sont liés.

Les conclusions de ces échanges sont actuellement en cours d’intégration dans le projet de Manifeste de Barcelone et de Catalogne, avant la tenue d’autres débats à Barcelone et Cracovie (Pologne), en novembre.

Stuttgart Lunch debate

Déjeuner-débat à Stuttgart

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *


*