Rapport de recherche -Home Office UK, décembre 2009, améliorer la confiance de la population dans la police

Also in... (English)

Dans le contexte d’une forte priorité gouvernementale axée sur l’amélioration des liens entre police et population, le Home Office (ministère de l’intérieur) au Royaume Uni a publié une étude en décembre 2009. Celle-ci réaffirme l’importance de la police de proximité et donne des pistes basées sur des éléments concrets qui permettraient d’augmenter le sentiment de confiance de la population dans le fait que la police, mais aussi les conseils locaux, s’occupent localement des problèmes de délinquance et d’incivilités.
 
En reprenant des éléments issus de la littérature scientifique et des pratiques locales, elle classifie les interventions en trois catégories : ce qui fonctionne, ce qui est prometteur et les obstacles potentiels.
 
Les résultats sont les suivants – et les faits sont là pour le prouver – : ce qui fonctionne est une implication accrue des policiers auprès de la communauté (implantation de policiers de proximité) et l’amélioration des stratégies de communication envers la population. L’évaluation montre que la réussite de la police de proximité dépend de la mise en œuvre complète et effective de trois stratégies : l’engagement avec la communauté, les patrouilles à pied ciblées, et une résolution des problèmes (« problem – solving ») efficace.

Ce qui est prometteur semble être la tenue d’activités permettant d’augmenter la confiance dans des endroits très localisés dans lesquels cette confiance est rompue (notamment là où le sentiment d’insécurité est largement supérieur au niveau d’insécurité constaté). Consulter les habitants en utilisant différentes méthodes de consultation, former les agents mais aussi certains habitants, ne pas communiquer plus mais mieux, réduire les signes visibles de délinquance…sont aussi des pistes prometteuses pour augmenter la confiance envers la police.

Un des obstacles à l’augmentation de la confiance est le changement culturel qui est nécessaire au sein de l’institution policière elle-même, certains policiers n’étant pas enthousiastes à l’idée de mettre en œuvre la police de proximité.

Retrouvez l’étude détaillée ICI (en anglais uniquement).