Sécurité intérieure : les membres de l’Efus partagent leurs pratiques en Turquie

Also in... (English)

Istanbul, Turquie, 29 janvier 2015 – L’Efus et cinq membres de son réseau ont participé à la conférence de la deuxième phase du projet de la Turquie sur « L’amélioration du contrôle des citoyens sur la sécurité intérieure », financé par l’UE et coordonné par Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD),  qui s’est tenue à Istanbul (Turquie) le 29 janvier.

Ce projet a pour but d’harmoniser les services de sécurité intérieure de Turquie avec les normes et standards européens, de renforcer les droits démocratiques des citoyens turcs, de promouvoir la transparence, et de rendre plus efficace le contrôle exercé par les autorités publiques turques (ministère de l’Intérieur, gouverneurs de provinces et de districts) sur le secteur de la sécurité intérieure.

La conférence, qui était accueillie par le gouvernorat d’Istanbul, a réuni des représentants d’un certain nombre de provinces turques ainsi que du ministère de l’Intérieur.

L’Efus était invité à partager les expériences européennes en la matière, notamment dans le cadre du projet européen IMPPULSE pour l’amélioration des relations police-population. C’est pourquoi il avait invité les représentants de villes européennes et de leurs polices municipales à exposer leur projets et pratiques locales : Lisbonne (Portugal), Bruxelles (Belgique), Milan (Italie), Mannheim (Allemagne) et la région de Cornouailles (Royaume-Uni).

L’Efus a présenté le projet IMPPULSE, pour l’amélioration des relations police-population, et invité les villes et représentants du gouvernement turc à poursuivre les échanges lors de la conférence finale du projet IMPPULSE qui se tiendra fin octobre 2015 à Bruxelles.

Les débats ont également porté sur l’amélioration des relations entre « le secteur de la sécurité intérieure », selon les termes employés par le projet turc, et les citoyens ainsi que sur les partenariats avec les autorités locales.

Pour l’Efus, cette rencontre a été l’occasion de confirmer une fois encore l’importance des échanges directs entre acteurs de la sécurité et de la prévention à travers l’Europe et au-delà, ainsi que l’intérêt de constituer une « pensée européenne »  sur ces questions.