Entrée en vigueur de la Convention d’Istanbul sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique

Also in... (English)

Strasbourg, France, 1er août 2014 – L’Union européenne a manifesté sa volonté d’être à la pointe de la protection des droits des femmes dans le monde avec l’entrée en vigueur, le 1er août 2014, de la Convention sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique du Conseil de l’Europe.

Cette convention adoptée à Istanbul (Turquie) par les 47 états membres du Conseil de l’Europe en mai 2011 est le premier traité européen qui vise spécifiquement les violences contre les femmes et domestiques. Ouverte à signature depuis lors, elle a été ratifiée par 14 états et signée par 22 autres, parmi lesquels la France, l’Italie, l’Espagne, le Portugal et la Suède, mais pas encore l’Allemagne ni le Royaume-Uni.

Elle oblige les états qui l’ont ratifiée à prendre des mesures spécifiques afin de lutter contre toutes les formes de violence à l’égard des femmes, qu’il s’agisse de harcèlement (notamment sexuel), de violence domestique, de mariage forcé ou de mutilations génitales féminines.

Le Conseil de l’Europe souligne que cette convention, « en proposant un cadre complet et juridiquement contraignant, encouragera les mesures de prévention et de protection et devrait se traduire par une augmentation des enquêtes, des poursuites et des condamnations des auteurs de violence . »

Les ONG, les états et la société civile célébreront l’entrée en vigueur de cette convention le 19 septembre à Rome lors d’une conférence internationale organisée par le Conseil de l’Europe, le ministère italien des Affaires étrangères et la Chambre des députés italienne.

Selon un rapport de l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne (Fundamental Rights Agency, FRA) 33% des femmes citoyennes des 28 pays membres de l’UE, soit 62 millions, ont souffert de violence physique et/ou sexuelle depuis l’âge de 15 ans au cours des 12 mois précédant l’enquête.

Voir le spot vidéo