Comment protéger les espaces publics face aux menaces pour la sécurité ? Trois webinaires du projet PRoTECT

Also in... (English)

au-spotlight-investment-2121x1414Paris, France, septembre 2020 Le projet PRoTECT sur la protection des espaces publics urbains, dans lequel l’Efus est partenaire, a tenu son deuxième séminaire annuel en juillet avec une série de trois conférences en ligne sur « les solutions technologiques et centrées sur l’humain pour protéger les espaces publics contre les menaces terroristes ». L’événement était organisé par l’Efus avec le soutien de l’Institut néerlandais pour la technologie, la sûreté et la sécurité (Dutch Institute for Technology, Safety and Security, DITSS), le Centre d’Étude de la Sécurité (KEMEA) du ministère grec de la Protection des Citoyens, et l’Organisation néerlandaise pour la recherche scientifique appliquée (TNO).

 

Les webinaires ont réuni une centaine de participants : représentants d’autorités locales, de la police, experts, techniciens de la sécurité et autres acteurs de niveau national et européen représentant 11 pays (Allemagne, Belgique, Espagne, France, Grèce, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Roumanie, Royaume-Uni et Suisse).


Coopération, pratiques et évaluation des technologies

Le premier webinaire était consacré à la question de « comment coopérer avec une gamme d’acteurs afin de répondre aux problèmes émergents en matière de protection des espaces publics. Le second a examiné une série d’études de cas sur « la protection des espaces publics à l’échelon des praticiens ». Le troisième a exploré la question de « comment évaluer les technologies pour protéger les espaces publics » et a permis d’analyser les outils développés par le projet PRoTECT pour aider les autorités locales à évaluer et sélectionner les solutions les mieux adaptées à leurs besoins.


Faire participer de multiples acteurs

Le Plan d’Action de l’UE et le document de travail sur les bonnes pratiques pour soutenir la protection des espaces publics (Good Practices to Support the Protection of Public Spaces) soulignent l’importance de la coproduction de la sécurité lorsqu’il s’agit des espaces publics, notamment dans le contexte du terrorisme. Il est nécessaire de sensibiliser les autorités locales et régionales afin de prévenir et de mitiger les menaces terroristes. De plus, il est important que celles-ci coopèrent entre elles et avec le secteur privé. Une coopération accrue est également nécessaire entre les niveaux de gouvernance local, régional et national.
Les intervenants ont ainsi souligné la nécessité de faire participer une large gamme d’acteurs publics au niveau local, national et européen, mais aussi le secteur privé. Ils ont mentionné les dispositifs de coopération à l’échelle de l’UE tels que le financement de projets, les forums de praticiens et d’opérateurs, et le centre de ressources de l’UE pour les administrations, les entreprises et les citoyens (Communication and Information Resource Centre for Administrations, Businesses and Citizens). Ils ont également insisté sur le besoin de renforcer la coopération non seulement entre les différents niveaux de gouvernance mais aussi entre les acteurs de la sécurité publics et privés, notamment en ce qui concerne les espaces semi-publics.


Formation et échange de bonnes pratiques

Une autre priorité est de permettre aux autorités locales d’acquérir des connaissances par le biais de formations adaptées et d’échanges de bonnes pratiques. Cependant, malgré les mécanismes de coopération et de coordination existants, les autorités locales peinent à maintenir une collaboration et des échanges d’informations fluides entre les acteurs locaux pour toutes sortes de raisons, notamment des cadres légaux divergents, les procédures opérationnelles et des cultures de travail différentes.


Choisir les technologies appropriées

Un autre défi pour les autorités locales est leur capacité à sélectionner et mettre en place les technologies appropriées, en fonction de leurs besoins propres. Les dispositions réglementaires et administratives notamment peuvent être un obstacle en la matière. Les intervenants ont souligné l’importance d’une bonne coopération entre les autorités locales, le monde universitaire et le secteur privé afin de faciliter l’adoption de technologies pertinentes et efficaces.
En ce qui concerne le choix de telle ou telle technologie, les intervenants ont souligné qu’il n’existe pas de solution miracle et que les autorités locales doivent utiliser la technologie comme une solution parmi d’autres.


L’importance des solutions centrées sur l’humain

Il est aussi important d’explorer les solutions centrées sur l’humain pour renforcer la sécurité des espaces publics. En particulier, les autorités locales doivent former leurs équipes afin qu’elles collaborent avec les habitants et les commerces locaux afin d’identifier toute activité suspecte dans tel ou tel espace public. La collaboration des habitants est essentielle pour repérer par exemple un paquet abandonné ou quelqu’un dont le comportement est suspect.
Un autre aspect important est qu’une technologie ou un équipement de sécurité ne doit pas créer davantage de sentiment d’insécurité dans la population.


> Le programme détaillé, la liste des intervenants et les vidéos des trois séminaires de juillet 2020 sont disponibles ici
> Plus d’informations sur le projet PRoTECT ici

2020-09-23

1600875075

20188