ALARM : des séminaires en novembre pour former et sensibiliser les pouvoirs locaux à la coopération transfrontalière en matière de sécurité civile

Also in... (English)

dinaphi_sdis08

Paris, France, novembre 2019 –  Le projet ALARM sur la coopération transfrontalière entre la France et la Belgique en matière de sécurité civile au quotidien, au sein duquel l’Efus est partenaire en charge de sensibiliser les élus locaux sur leurs responsabilités en matière de planification d’urgence locale, notamment au travers de la mise en oeuvre des plans communaux de sauvegarde (côté français) et des plans de gouvernance sur l’urgence et l’intervention (côté belge), a organisé un séminaire le 12 novembre à Jeumont (FR) et en organise un autre le 27 novembre à Courtrai (BE) auquel les villes membres intéressées et concernées sont invitées à participer.

Les séminaires suivent une logique de territorialité, c’est-à-dire que les villes représentées partagent un même « bassin de risques » et peuvent échanger leurs expériences et bonnes pratiques sur des problématiques similaires. Ainsi, le premier séminaire a rassemblé les représentants des villes et communes belges du Hainaut et celles frontalières du département du Nord en France et le second rassemblera les représentants des villes et communes belges de Flandre Occidentale et celles frontalières du département du Nord en France.

> Trois ateliers thématiques

Chacun des deux séminaires est composé de trois ateliers thématiques, ce qui permet aux participants d’avoir une vision d’ensemble des thèmes  prioritaires dans la planification d’urgence.

Le premier atelier permet aux villes d’échanger autour des points qui composent un plan communal de sauvegarde complet et opérationnel (côté France), un document recensant les vulnérabilités et les risques affectant une commune ainsi que les moyens à disposition pour y faire face et assurer l’information et la protection des citoyens. Sa mise en oeuvre relève de la responsabilité du maire.
Cet atelier, destiné à permettre aux participants de prendre connaissance des bonnes pratiques d’autres communes dont ils peuvent s’inspirer pour renforcer leur propre plan, est piloté par Jean-François Canet, de la direction des sécurités de la préfecture du Nord, et Marcel Smits, inspecteur général, cabinet du gouverneur du Hainaut.

Le second atelier a pour thème : « établir un plan d’action qui intègre les données transfrontalières dans les plans d’urgence et d’intervention communaux belges et les plans communaux de sauvegarde ». Il est piloté par le responsable de la planification d’urgence de la province du Hainaut, Philippe Stratsaert, le colonel Olivier Desquiens, de l’état-major interministériel de la zone du Nord (Emiz Nord), et Chloé Deruyter, Chargée de Mission Interreg de l’Emiz Nord.

Enfin, le troisième atelier est consacré à la « sensibilisation des populations aux approches de communication et aux réseaux sociaux destinés au public dans une approche transfrontalière ». Il est piloté par l’Efus, Aurélie Gustave, consultante en gestion de crise, ainsi qu’un responsable de la Métropole européenne de Lille.

> Un partenariat de 26 structures opérationnelles, stratégiques et scientifiques

Démarré en janvier 2017 pour une période de deux ans (jusqu’en mars 2020), le projet ALARM réunit 26 organismes opérationnels, stratégiques et scientifiques associés pour mener une approche intégrée des risques industriels, naturels et environnementaux dans la zone frontalière franco-belge.
ALARM s’inscrit dans la continuité d’APPORT, un projet financé dans le cadre du programme européen France-Wallonie-Flandre Interreg 4, qui était consacré à l’analyse des risques majeurs et à la mise en place d’une capacité mutuelle d’assistance en cas de catastrophe. À la suite d’APPORT, qui a permis de renforcer les capacités d’analyse et d’assistance des secours franco-belges en cas de catastrophe, les élus locaux de part et d’autre de la frontière ont souhaité étendre ce concept d’assistance à tous les évènements de la vie quotidienne nécessitant l’intervention des secours des deux côtés de la frontière.

> Les trois axes du projet ALARM

Financé dans le cadre d’Interreg 5, ALARM s’articule autour de trois axes :

  • La gestion intégrée des risques : les services régaliens belges et français échangent des données relatives aux risques existants, leur localisation, les effets possible en cas d’accident, et la localisation des services de secours.
  • La coopération opérationnelle : elle est fondée sur le principe de l’aide adéquate la plus rapide (du côté soit français, soit belge) et intègre le partage des ressources opérationnelles. Elle prévoit la connexion rapide des centres de communication et la mise en situation de pratiques partagées lors d’exercices.
  • La sensibilisation des autorités locales et des populations : cet axe est piloté par l’Efus avec la collaboration de la Métropole européenne de Lille. Cette approche a permis aux élus des deux côtés de la frontière d’intégrer une approche transfrontalière des moyens pouvant être utilisés dans leurs « Plans communaux de sauvegarde » (France) et leurs « Plans communaux d’urgence et d’intervention » (Belgique). Des fiches pédagogiques sont en cours de réalisation.

Informations pratiques
Séminaire du 27 novembre
Hôtel de Ville de Courtrai ( Kortrijck)
Dakcafé , Papenstraat
de 14h00 à 17h00

Si vous êtes intéressé par ce projet, vous pouvez contacter  Martí Navarro Regàs  et Yves Van de Vloet 

En savoir plus sur Alarm
En savoir plus sur le programme de l’UE de coopération transfrontalière www.interreg-fwvl.eu

2019-11-18

1574094541

17990