PROTECT : l’Efus et la ville de Brasov organisent un séminaire sur les risques liés à la menace terroriste contre les espaces publics

Also in... (English)

50428000016438008_zc_v58_0vkftnw_sme_1568898418309Brasov, Romania, September 2019Dans le cadre du projet PRoTECT (Public Resilience using TEchnology to Counter Terrorism), l’Efus et la ville de Brasov (RO) ont organisé le 17 juillet dans cette ville un séminaire intitulé « Identifier les vulnérabilités et mitiger les risques liés à la menace terroriste contre les espaces publics : la coopération entre tous les acteurs », qui a rassemblé près de 85 participants de 13 pays européens – représentants d’autorités locales et régionales et de la police, experts, professionnels de la sécurité et autres acteurs.



La rencontre avait trois objectifs : échanger et débattre entre acteurs concernés à travers l’Europe sur les solutions communes ; présenter les audits menés dans cinq villes partenaires pilotes (Eindhoven, Malaga, Larissa, Vilnius et Brasov), et enfin présenter l’outil développé par la Commission européenne pour évaluer les vulnérabilités des espaces publics ainsi que son guide d’accompagnement, développé par TNO et l’Efus.


> Renforcer les connaissances sur la protection des espaces publics

Le séminaire a été introduit par le maire de Brasov, George Scripcaru, et le directeur de la cellule centrale d’analyse des renseignements de la police roumaine, Viorel Traian Mihăiță. Ils ont souligné le rôle important que jouent les autorités locales dans le contre-terrorisme et la nécessité de sensibiliser et de renforcer les connaissances sur les moyens de mieux protéger les espaces publics contre les attentats. Le coordonnateur PRoTECT de l’Institut néerlandais de la Technologie, de la Sûreté et de la Sécurité (Dutch Institute for Technology, Safety & Security, DITSS), Peter van den Crommert, a présenté les objectifs du projet, ses activités et les événements à venir.

Paul van Soomeren, fondateur de DSP-Groep, un institut indépendant de recherche sur les politiques et l’innovation sociale, également président du Comité européen de normalisation (CEN), est intervenu sur la protection des cibles vulnérables et des espaces publics à forte densité de population. Aujourd’hui, a-t-il dit, certains craignent que les mesures de sécurité aient un effet exclusif et génèrent un sentiment d’insécurité, ce qui est le contraire de l’objectif poursuivi. Il a souligné l’importance d’adopter d’autres approches de prévention fondées sur le travail collaboratif et la participation active de la société civile. 


> L’importance d’un partenariat bien coordonné

Une table ronde a ensuite eu lieu sur « la coopération avec de nombreux acteurs pour réduire les défis naissants ». L’objectif était d’examiner comment les différents niveaux de responsabilité des acteurs en matière de sécurité des cibles vulnérables peuvent réduire la vulnérabilité de ces lieux.

Les intervenants étaient Max Brant, responsable de la politique, DG Migrations et Affaires intérieures, Commission européenne ; Patrick Padding, dirigeant du groupe central à l’European Network of Law Enforcement Technology Services (ENLETS) ; Viorel Traian Mihăiță, Directeur de la cellule centrale d’analyse des renseignements de la police roumaine ; Leszek Walczak, commandant de la police municipale, ville de Gdansk ; Marta Lopes, Coordinatrice du Strong Cities Network à l’Institute for Strategic Dialogue (ISD), basé à Londres.

Les panélistes ont souligné que la protection de leurs espaces publics posent des défis particuliers aux États membres en raison de leur variété, entre ceux qui ont été déjà ciblés et ceux qui pourraient l’être, de leurs différentes caractéristiques, de la variété des acteurs impliqués dans leur protection, du risque de voir de nombreuses victimes, et de l’importance d’équilibrer la sécurité avec le fait que ces sites sont par nature ouverts et qu’il convient de laisser les citoyens vivre leur vie quotidienne.


> Les organisations terroristes innovent, mais les technologies et les villes aussi

Cette session a exploré trois sujets. Le premier était le plan d’action de la Commission européenne, qui favorise la coopération entre de nombreux acteurs, notamment les autorités locales et régionales et les acteurs privés. Le second était la coopération et le partage d’informations entre tous les acteurs, qui sont essentiels parce que les menaces évoluent et s’adaptent mais qui ne sont pas encore assez fluides et systématiques. Le troisième thème était la protection des cibles vulnérables : les organisations terroristes cherchent constamment à innover dans leurs techniques et modes opératoires, mais en même temps les technologies se multiplient et de plus en plus de villes intelligentes dans le monde deviennent « intelligentes », notamment en matière de protection contre le terrorisme. La plupart de ces technologies sont chères et les villes n’ont pas toujours les moyens économiques et humains pour les adopter de façon adéquate.


> Outil d’évaluation de la vulnérabilité et visite de terrain

La deuxième partie du séminaire était consacrée à la présentation de l’outil d’Évaluation de la Vulnérabilité créé par la DG Affaires intérieures et du manuel d’accompagnement développé par TNO et l’Efus dans le cadre de PRoTECT.

Enfin, une visite de terrain a eu lieu sur la place centrale de Brasov, dont les vulnérabilités ont été évaluées dans le cadre du projet.

 

Pour plus d’informations :

https://www.politiaromana.ro/ro/stiri-si-media/comunicate/colaborare-intre-autoritatile-ue-scenarii-de-actiune-pentru-siguranta-publica (en roumain)

> https://m.facebook.com/notes/prim%C4%83ria-municipiului-bra%C5%9Fov/strategie-de-securitate-public%C4%83-%C3%AEn-europa-elaborat%C4%83-la-bra%C8%99ov/2325923884151848/ (en roumain)

2019-09-19

1568899810

17863