Pour une politique locale sur la drogue fondée sur le principe de la réduction des risques

Also in... (English)

L’Efus a publié un article sur le thème de la drogue et de la réduction des risques dans le dernier numéro de la revue Préventique. L’article est signé par le Maire-adjoint de Strasbourg, Alexandre Feltz.


L’Efus travaille depuis près de trente ans sur le thème de la drogue et de la réduction des risques et a acquis au fil des années une expertise unique, fondée sur les pratiques de ses membres, sa participation à plusieurs projets européens, ses échanges avec l’Union européenne et d’autres organisations internationales. Le projet Solidify, lancé en 2018, s’intéresse à l’implantation, l’installation et la  pérennisation des salles de consommation à moindres risques dans plusieurs villes européennes et à l’évaluation de leurs impacts sur le territoire.


> Le rôle des autorités locales et régionales

Les autorités locales et régionales doivent jouer un rôle fondamental dans toute politique sur la drogue. Elles sont en première ligne face aux problèmes locaux de sécurité et de cohésion sociale liés au trafic et à la consommation. L’Union européenne propose, dans plusieurs documents stratégiques, des avancées sur un certain nombre de thèmes clés tels que la réduction de la demande et de l’offre et la coopération internationale, mais ces principes ne sont pas encore suffisamment appliqués au niveau local.


> Des partenariats pluridisciplinaires locaux pour réduire les risques

Les services municipaux qui travaillent dans les domaines de la santé publique et de la sécurité publique doivent coopérer afin que ces deux approches soient intégrées et combinées.

Les politiques sur la drogue doivent être pragmatiques et mises en œuvre au travers de larges partenariats locaux associant pouvoirs publics, police, services de santé et éducatifs, organisations de la société civile et représentants des usagers. Les autorités locales sont dans une position privilégiée pour coordonner et diriger une telle coproduction.


> Les salles de consommation à moindre risque comme outil pour améliorer la sécurité urbaine

Les salles de consommation à moindre risque se sont avérées être des outils efficaces pour améliorer la santé et la sécurité publiques au niveau local pour de nombreuses collectivités membres de l’Efus et au-delà. Les autorités locales ont un rôle clé à jouer pour accompagner de telles salles de consommation et faire en sorte qu’elles soient bien gérées et acceptées par les communautés locales, mais elles ont besoin de soutien et de conseil en la matière. De plus, les législations nationales doivent être adaptées et fondées sur des données probantes afin de permettre aux autorités locales d’élaborer une stratégie qui corresponde aux besoins et au contexte propres à leur territoire.


> Solidify : un projet européen sur les Salles de consommation à moindres risques (SCMR) réunissant de multiples partenaires

Le projet Solidify – Supervised Drug Consumption Facilities to instill harm reduction and social cohesion at local level – concerne l’implantation, l’installation et la pérennisation des salles de consommation à moindres risques dans plusieurs villes européennes et l’évaluation de leurs impacts sur le territoire. Il a démarré en janvier 2018 et dure jusqu’en décembre 2019. L’Efus est coordonnateur de ce projet. Ses partenaires sont les villes de Liège, Augsbourg, Essen, La Haye, Lisbonne, Mannheim, Paris, Strasbourg, la Région de Bruxelles-Capitale, l’Agence de Santé publique de Barcelone, l’association espagnole Bien-être et Développement e l’Institut slovène pour la recherche et le développement « Utrip ». Ils sont accompagnés dans leurs travaux par les experts du réseau Correlation et l’Université des Sciences Appliquées de Francfort.


> Outiller les villes et favoriser l’échange de pratiques

L’objectif principal de ce projet est d’outiller et accompagner les villes dans l’installation des salles de consommation à moindre risque sur le territoire et en évaluer les impacts.

Le projet favorise l’échange de pratiques des villes partenaires ayant expérimenté et mis en place des salles de consommation à moindres risques et des villes qui sont en cours de réflexion ou d’installation de ce type de dispositifs, qui pourront bénéficier des recommandations et des évaluations de leurs pairs. Il renforce également les partenariats au niveau local, entre collectivités locales et organisations de la société civile.

Il s’agit d’aider les villes à définir leurs besoins, leurs attentes et à construire leur projet avec l’ensemble des acteurs impliqués pour qu’elles puissent adapter l’implantation et la pérennisation des salles de consommation à moindres risques en fonction. Plusieurs études montrent que l’acceptation publique est considérablement élevée dans les quartiers où ces structures ont été mises en place lorsque l’ensemble des acteurs locaux, y compris les riverains, ont été impliqués par des liens de coopération et de communication.  Les villes accueillant ce type de dispositifs ont un travail d’accompagnement à mener auprès des structures porteuses afin de les aider à s’installer sur le territoire, à rencontrer et concerter l’ensemble des partenaires et acteurs locaux, et à en évaluer les impacts sur le territoire.


> Visite d’études, audits et conférence internationale

Au long du projet, les partenaires et les experts du projet travaillent sur la définition d’indicateurs qualitatifs et quantitatifs et l’élaboration d’outils d’évaluation permettant d’évaluer les impacts des salles de consommation à moindres risques, sur le territoire, à court, moyen et long terme. Ces outils sont pré-remplis par les villes avant chaque visite de terrain et complétés par les observations et l’analyse des pairs et des experts à l’occasion des visites sur site.  L’Efus organise des visites d’études dans les collectivités ayant déjà mis en place des salles de consommation à moindres risques. L’Efus réalise également des audits dans les villes en train de créer des salles de consommation à moindres risques avec pour objectif de les accompagner dans la définition de leurs besoins, de leurs objectifs et de leur plan de mise en œuvre du dispositif.

Le 4 avril 2019, une visite d’étude de la salle de consommation à moindres risques de Strasbourg s’est déroulée après le colloque « Les salles de consommation à moindre risque en Europe : bilans et perspectives » organisé le 3 avril au Parlement européen.

Un guide de recommandations et de bonnes pratiques sera produit et présenté lors d’un événement final organisé à Lisbonne en décembre 2019 avec l’Observatoire Européen de lutte contre les drogues et les Toxicomanies.

Alexandre Feltz,
Maire-adjoint de Strasbourg
en charge de la santé publique et environnementale



>>> Lire le numéro de Mai de la revue Préventique.