L’Efus appelle dans une résolution à une politique locale sur la drogue fondée sur le principe de la réduction des risques

Also in... (English)

Amiens, France, novembre 2018 Le comité exécutif de l’Efus a adopté lors de sa réunion des 27-28 novembre à Amiens (FR) une résolution pour une politique locale en matière de toxicomanie, thème sur lequel il travaille de longue date et a déjà publié plusieurs résolutions.


L’Efus y prend notamment position en faveur des salles de consommation à moindre risque (SCMR), « qui ont déjà donné des résultats prometteurs dans plusieurs pays européens. » Ces dispositifs répondent en effet à une stratégie de réduction des risques défendue par l’Efus, qui réaffirme que les politiques sur la drogue doivent être fondées sur une approche équilibrée entre prévention, répression et cohésion sociale et s’appuyer « sur une coopération solide entre les niveaux de gouvernance locale, régionale et internationale, la police et la société civile et viser à réduire la demande et l’offre de drogue tout en réduisant les risques pour la société liés au trafic et à la consommation. »


> Le rôle des autorités locales et régionales

La résolution rappelle le rôle important que doivent jouer les autorités locales et régionales dans toute politique sur la drogue parce que celles-ci sont en première ligne face aux problèmes locaux de sécurité et de cohésion sociale liés au trafic et à la consommation. L’Efus rappelle que l’Union européenne propose, dans plusieurs documents stratégiques, des avancées sur un certain nombre de thèmes clés tels que la réduction de la demande et de l’offre et la coopération internationale, mais que ces principes ne sont pas encore suffisamment appliqués au niveau local.


> Des partenariats pluridisciplinaires locaux pour réduire les risques

L’Efus estime que les services municipaux qui travaillent dans les domaines de la santé publique d’une part et de la sécurité publique d’autre part doivent coopérer étroitement afin que ces deux approches soient intégrées et combinées.

Par ailleurs, les politiques sur la drogue doivent être pragmatiques et mises en oeuvre au travers de larges partenariats locaux associant pouvoirs publics, police, services de santé et éducatifs, organisations de la société civile et représentants des usagers. Les autorités locales sont dans une position privilégiée pour coordonner et diriger une telle coproduction.


> Les salles de consommation à moindre risque comme outil pour améliorer la sécurité urbaine

L’Efus se déclare en faveur des salles de consommation à moindre risque qui « se sont avérées être des outils efficaces pour améliorer la santé et la sécurité publiques au niveau local pour de nombreuses collectivités membres de l’Efus et au-delà. » Les autorités locales ont un rôle clé à jouer pour accompagner de telles salles de consommation et faire en sorte qu’elles soient bien gérées et acceptées par les communautés locales, mais elles ont besoin de soutien et de conseil en la matière. De plus, l’Efus estime que les législations nationales doivent être adaptées et fondées sur des données probantes, « afin de permettre aux autorités locales d’élaborer une stratégie qui corresponde aux besoins et au contexte propres à leur territoire. »


> L’expertise de l’Efus en matière de politique de drogue

L’Efus travaille depuis près de trente ans sur le thème de la drogue et de la réduction des risques et a acquis au fil des années une expertise unique, fondée sur les pratiques de ses membres, sa participation à plusieurs projets européens, et ses échanges avec l’Union européenne et d’autres organisations internationales.

Ainsi, il a mené de 2008 à 2011 le projet européen « Démocratie, villes et drogues », qui a notamment débouché sur une résolution adoptée à Vienne (AT) en 2011. Les principes et recommandations de l’Efus en la matière sont également exprimés dans son Manifeste sécurité, démocratie et villes adopté en 2017, qui comprend un chapitre sur « Les villes face aux drogues et addictions ». L’Efus soutient également la « Déclaration de Prague » adoptée en 2010 par les collectivités locales européennes.   

De plus, l’Efus est membre du Forum de la société civile sur la drogue de l’Union européenne depuis sa création, en 2007. Cet organe consultatif soutient la Commission européenne dans la définition et la mise en œuvre de sa politique en matière de drogue et des plans d’action connexes.


Lire la résolution de l’Efus