Journée mondiale des villes 2018 : inscrire l’inclusivité et la non-discrimination au cœur des politiques publiques des villes

Also in... (English)

Just

Paris, France, octobre 2018À l’occasion de la Journée mondiale des villes sur le thème « Construire des villes durables et résilientes », l’UNESCO a organisé avec le soutien de l’Efus une conférence pour mettre en avant le rôle clé des villes dans la promotion de l’inclusion sociale et de la diversité, le 31 octobre à Paris.

————-

> Un panel co-organisé par l’Efus sur « le visage humain de l’urbanisation »

L’Efus a organisé le panel : « Des villes inclusives et durables : Comprendre le visage humain de l’urbanisation » qui était animé par la responsable « droits humains » de la ville de Vienne (AT), Shams Asadi. Vienne co-dirige le groupe de travail de l’Efus contre les violences discriminatoires, « Just & Safer Cities for All », avec la ville de Bordeaux (FR), qui était représentée par Marik Fetouh, maire-adjoint.

Parmi les autres intervenants dans ce panel figuraient Magid Magid, maire de Sheffield (GB), un ancien réfugié d’origine somalienne, Ted Terry, maire de Clarkston (Georgie, États-Unis), ville décrite comme « le territoire le plus diversifié des États-Unis », et Chiraz Dhibi, maire de Hassi El Frid en Tunisie.
La discussion était centrée sur l’importance de considérer le bien-être de chaque personne comme une priorité des villes. En d’autres termes, les autorités locales doivent considérer l’être humain comme étant au coeur de leur politique urbaine, ce qui implique de systématiquement promouvoir l’inclusivité et la non-discrimination dans toutes les politiques locales. Les participants au panel ont notamment souligné que les autorités locales doivent progresser en matière d’équité et d’égalité des chances pour tous, sans discrimination d’aucune sorte.

> Intégrer la lutte contre les violences discriminatoires dans les politiques de sécurité urbaine

Marik Fetouh a mis l’accent en particulier sur la nécessité d’inscrire la lutte contre les violences discriminatoires dans les politiques de sécurité urbaine : le respect des droits humains doit être un objectif primordial et une composante essentielle de toute politique de sécurité, pour tous les types de violence et de criminalité, a-t-il dit, reflétant la position de l’Efus.

L’Efus estime en effet qu’il convient d’inscrire les stratégies de lutte contre les violences discriminatoires au sein d’une approche inclusive et globale de la sécurité urbaine. C’est dans ce sens qu’il a établi le groupe de travail « Just & Safer Cities for All » sur la lutte contre les violences discriminatoires.

> Première réunion du groupe de travail « Just & Safer Cities for All »
À l’occasion de la conférence de l’UNESCO, l’Efus a organisé la première réunion du groupe de travail « Just & Safer Cities for All », qui a réuni les représentants des villes de Bordeaux (FR), Madrid (ES), Malakoff (FR), Pantin (FR), Saint-Denis (FR) et Vienne (AT), ainsi que ceux de la Généralité de Catalogne (ES), de la police locale de Madrid (ES) et du Centre interfédéral pour l’égalité des chances (UNIA, Belgique).

————-

Les participants ont fixé les priorités de travail autour de quatre thématiques d’échange :

  • La sensibilisation des agents de police locale au traitement des victimes de violences discriminatoires, l’amélioration de leurs relations avec les groupes minoritaires et vulnérables et la sensibilisation aux violences discriminatoires exercées par les corps de police.
  • La promotion de la prévention primaire pour prévenir les violences discriminatoires comme moyen de prévenir d’autres phénomènes tels que la radicalisation, la polarisation et l’extrémisme violent.
  • Le renforcement des services d’aide aux victimes au niveau local, la coordination avec les acteurs de terrain et les formations destinées aux acteurs de première ligne et autres acteurs locaux.
  •  La sensibilisation des élus locaux sur leur rôle dans la prévention et la lutte contre les violences discriminatoires.

Le groupe de travail de l’Efus sur les violences discriminatoires est ouvert à tous nos membres. Pour plus d’information ou si vous souhaitez en faire partie, vous pouvez contacter Pilar De La Torre : delatorre@efus.eu ou Moritz Konradi : konradi@efus.eu