Les tendances en matière de technologie et leur utilisation par les autorités publiques, thème d’un atelier du projet MEDI@4SEC à Bruxelles

Also in... (English)

mediaaaaBruxelles, Belgique, octobre 2018L’Efus a participé à un atelier sur « Les solutions de marché innovantes » organisé par le projet MEDI@4SEC, dont il est partenaire, consacré aux dernières innovations en matière de technologies de l’information et de la communication et leurs implications en matière de sécurité, à Bruxelles (BE) le 26 septembre. Outre l’atelier lui-même, qui a rassemblé quelque 60 participants d’une vingtaine de pays européens, MEDI@4SEC a accueilli une « Journée de l’industrie » où les fournisseurs de solution et les projets financés par l’Union européenne ont pu présenter leurs systèmes et prototypes.

————-

> Comment les réseaux sociaux ont révolutionné les interventions publiques et les activités criminelles

L’innovation dans les réseaux sociaux a révolutionné à la fois le travail des autorités publiques et la vitesse à laquelle les criminels s’adaptent aux technologies modernes tout en déstabilisant les marchés. L’objectif de l’atelier sur « les solutions de marché innovantes » et de la « Journée de l’industrie » était de porter un éclairage sur les tendances en matière d’outils pour les autorités publiques et de créer une plateforme de dialogue entre professionnels et fournisseurs de solutions.

Pour la police et les autres acteurs de la sécurité, les réseaux sociaux servent à surveiller les contenus suspects, récolter des informations et dialoguer avec le public. Dans les activités quotidiennes de la police, les réseaux sociaux ont perturbé les marchés et la façon dont fonctionnent les autorités publiques.

> Les réseaux sociaux ont donné aux citoyens le pouvoir de dénoncer les crimes

Les réseaux sociaux ont donné de nouveaux pouvoirs aux citoyens pour dénoncer les crimes, identifier les criminels et signaler ceux-ci aux autorités publiques. L’utilisation des réseaux sociaux et autres plateformes en ligne comme réseaux d’échange d’information entre les citoyens et la police sur certains incidents, actes criminels et suspects a changé radicalement l’interface entre police et citoyens.

Surveiller les réseaux sociaux et plateformes en ligne s’est avéré être une mesure efficace permettant aux autorités publiques d’étendre leur rayon d’action et de recueillir des informations au-delà des moyens traditionnels. Le volume de données que les outils et solutions de pointe sont aujourd’hui capables de gérer était inimaginable il y a seulement cinq ans. Cependant, cette surveillance pose aussi problème. Le droit à la vie privée des individus peut être enfreint et dans certains cas, cela peut même conduire à la discrimination, par exemple lorsque les autorités publiques lancent des actions répressives contre certains groupes.

> Élaborer des recommandations pour la Commission européenne

Alors que le projet MEDI@4SEC touche à sa fin (il s’achèvera en décembre), il va à présent élaborer des recommandations pour la Commission européenne sur la meilleure façon d’utiliser les réseaux sociaux pour la sécurité publique tout en préservant le droit à la vie privée et les droits fondamentaux.

L’Efus poursuivra le travail entamé avec ce projet au travers de son nouveau groupe de travail « Innovation et sécurité » qui est ouvert à tous ses membres ainsi qu’au secteur privé et aux organisations de la société civile.

Regarder la vidéo de présentation du projet MEDI@4SEC

Si vous souhaitez rejoindre le groupe de travail « Innovation et sécurité », merci de contacter Myassa Djebara (djebara@efus.eu) ou Pilar De La Torre (delatorre@efus.eu)