Prévention de la violence discriminatoire : un nouveau groupe de travail de l’Efus ouvert à tous les membres intéressés

Also in... (English)

Paris, France, juin 2018 L’Efus vient de créer un groupe de travail sur la violence discriminatoire qui répond au principe selon lequel la sécurité urbaine est un bien public qui doit être fondé sur le respect des droits humains. Ce groupe ouvert à tous les membres intéressés leur permettra d’échanger des connaissances, des stratégies et des pratiques, d’assister à des formations en ligne et de participer à l’élaboration de recommandations pour l’ensemble du réseau.

Liés à la croissance urbaine rapide et à la composition hétérogène de la société urbaine, les comportements intolérants et discriminatoires peuvent dégénérer en actes violents ou criminels, compromettre la cohésion sociale et affecter la tranquillité et la sécurité des individus, des communautés et des citoyens en général. Ceux-ci peuvent dégénérer en incidents violents motivés par les préjugés, l’intolérance ou la haine qui, outre ceux qu’ils visent directement, peuvent susciter la peur et l’hostilité bien au-delà du contexte municipal, régional et même national. De plus, ils alimentent des processus de polarisation et de radicalisation pouvant mener à l’extrémisme violent.

Encourager de meilleures politiques et fournir des outils pratiques

Afin de poursuivre le travail mené dans le cadre du projet européen Just & Safer Cities for All (JUST), qui s’est achevé à la fin 2017, l’Efus souhaite au travers de cette initiative promouvoir les droits humains en encourageant de meilleures politiques pour prévenir la violence discriminatoire, rendant ainsi les villes plus sûres pour tous les habitants.

Ainsi, les objectifs du groupe de travail sont de promouvoir des espaces au niveau européen pour le dialogue et l’échange de stratégies et de bonnes pratiques ; fournir des formations aux praticiens locaux et régionaux pour mieux reconnaître et répondre aux actes discriminatoires, et plaider aux niveaux local, national et européen sur la nécessité de s’attaquer aux causes profondes des violences discriminatoires et des violations des droits humains.

Un comité d’experts

Coordonné par l’Efus et dirigé par les villes de Vienne (AT) et Bordeaux (FR), ce groupe s’appuiera sur un comité consultatif d’experts comprenant notamment des représentants d’institutions européennes et internationales telles que l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne, la Commission européenne contre le racisme et l’intolérance (ECRI) du Conseil de l’Europe, le Centre interfédéral pour l’égalité des chances-UNIA de Belgique, le Réseau européen contre le racisme-ENAR, la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT (DILCRAH) de France, et l’Agence fédérale allemande contre la discrimination (Antidiskriminierungsstelle de Bundes).

Si vous souhaitez devenir membre, merci de contacter Pilar de la Torre delatorre@efus.eu ou Moritz Konradi konradi@efus.eu

Pour plus d’information, voir l’espace dédié sur la plateforme Efus Network

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.