Le groupe de travail « seniors » de l’Efus réfléchit aux liens entre la sécurité des seniors et leur mobilité en ville

Also in... (English)

L’insécurité ou le sentiment d’insécurité ont une conséquence directe sur la mobilité des seniors parce qu’elle amène une partie d’entre eux à s’isoler et hésiter à se déplacer. C’est la conclusion d’un article préparé par le groupe de travail « seniors » pour une publication du Réseau français des villes amies des aînés.

Paris, France, mai 2018 – Enjeu majeur de nos sociétés européennes vieillissantes, la mobilité des seniors est encore trop souvent abordée sous le seul prisme technique des transports et des installations et/ou infrastructures. Or, les incivilités et les actes de délinquance ou d’agression peuvent aussi constituer un frein à la mobilité. Telle est la conclusion d’un article préparé par le groupe de travail « seniors » de l’Efus à la demande du Réseau français des villes amies des aînés (RFVAA), branche hexagonale du réseau mondial du même nom de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), publié en avril dans le magazine Les Essentiels Amis des Aînés.

Une catégorie de population plus vulnérable dans les transports et les espaces publics

Les données empiriques et les études révèlent dans leur ensemble que la population senior se sent globalement moins en sécurité que la moyenne, notamment en ville. Cette insécurité prend des formes diverses. Dans l’usage que les seniors font des espaces publics, ils sont plus exposés aux risques tels que les agressions, le vol, la collision avec un véhicule, la chute liée aux conditions climatiques (verglas, chaussée glissante) et les difficultés à accéder aux bâtiments ou moyens de transport. Il existe aussi des problèmes liés à la cohabitation dans l’espace public avec les jeunes.  

L’insécurité et le sentiment d’insécurité rendent les aînés plus seuls et moins mobiles

L’insécurité ou le sentiment d’insécurité ont une conséquence directe sur la mobilité des seniors parce qu’elle amène une partie d’entre eux à s’isoler et hésiter à se déplacer. Or la mobilité est une condition essentielle pour la qualité de vie des citoyens, quel que soit leur âge, car elle leur permet de s’épanouir et d’accéder librement aux services auxquels ils ont droit (santé, transport, culture…) mais aussi d’être en contact avec leur entourage (famille, amis) et d’avoir une place dans la société (participer à des activités collectives quelles qu’elles soient, travail ou loisirs). Favoriser la mobilité des seniors apparaît ainsi comme un axe important des politiques urbaines.

Une approche holistique de la mobilité des seniors

L’Efus considère que les autorités locales ont un rôle majeur à jouer pour mieux intégrer les seniors à la société et préconise une approche holistique de la mobilité, qui doit être recentrée sur la place du citoyen senior dans la ville. Une telle approche doit ainsi prendre en compte tous les moyens de déplacement mais aussi l’ensemble du parcours de l’usager dans l’espace public.

De même, la sécurité doit être conçue comme étant à la fois une condition tangible et une perception qui varie selon les individus. Afin d’adapter les villes aux besoins des plus âgés, l’Efus recommande aux autorités locales de renforcer la transversalité des politiques publiques de façon à favoriser les synergies et les interconnexions entre tous les services et institutions concernés. Il est également important de veiller à équilibrer l’usage des espaces publics entre les différentes générations.

Il est, enfin, important de développer une stratégie de communication pour sensibiliser et informer les seniors sur l’usage des transports en commun et des espaces publics.

Des initiatives prometteuses dans les villes françaises et européennes

Il existe déjà des initiatives intéressantes menées par des  villes françaises et européennes. Par exemple, la création d’un Conseil des Aînés ou les opérations « tranquillité seniors » menées par certaines collectivités françaises avec leurs partenaires associatifs, la police et la gendarmerie pour sensibiliser cette catégorie de la population. En Europe, il est notamment cité l’initiative de la  « Senior Academy » de la ville de Brno, en République tchèque, qui propose des formations et des activités sur la sécurité et la prévention spécifiquement destinées aux seniors.

———————————————————–

La version intégrale de l’article de l’Efus est disponible sur Efus Network, ou directement auprès du RFVAA. Les essentiels. Amis des aînés, n°6, avril 2018.

Pour commander un numéro : contact@rfvaa.com

Le groupe de travail « seniors » est ouvert à tous les membres qui le souhaitent. Pour plus d’information, voir Efus Network ou contacter Pilar De La Torre : delatorre@efus.eu