Interrogations au Royaume-Uni sur le programme du nouveau gouvernement en matière de sécurité urbaine Juin 2010

Also in... (English)

En mars 2010, une nouvelle stratégie intitulée Safe and Confident Neighbourhood Strategy sortait des cartons du gouvernement travailliste. Globalement bien accueillie, cette stratégie insistait sur la nécessité d’une police de proximité durable enracinée dans le partenariat local et en laquelle les citoyens pouvaient avoir toute confiance. En avril, une dernière livrée destatistiques en provenance du British Crime Survey d’une part et des chiffres enregistrés par la police d’autre part, indiquait que la criminalité était tombée de 7% sur l’année 2009.

Les élections générales de mai dernier ont vu une coalition libérale / conservatrice arriver au pouvoir. Dans un contexte de crise éconmique, le nouveau gouvernement a annoncé de grandes réductions dans les budgets publics et un lot de réformes dans plusieurs domaines. Les points essentiels du programme des réformes à venir en matière de sécurité et prévention de la délinquance sont les suivants :

  • Réforme de la responsabilité de la police (comptes-rendus au public par le biais de réunions régulières) et élections directes pour les autorités de police ;
  • Association des élus de quartier, en tant qu’acteurs centraux, à la démarche de partenariats de quartier avec la police ;
  • Amélioration de la confiance de la population envers la police et les municipalités dans le fait qu’elles s’attellent aux problèmes de criminalité et de comportements anti-sociaux qui posent problème localement ;
  • Restriction des enveloppes budgétaires pour les activités liées à la sécurité afin de faire des économies en évitant les doublons et obtenir de meilleurs résultats par la mise en œuvre conjointe d’actions par différents services ;
  • Régulation de la vidéosurveillance ;
  • Limitation de l’utilisation de techniques de surveillance « discrètes » par les autorités locales ;
  • Abolition des « Comprehensive Area Assessment » (CAA ) qui évaluaient en détail les activités et performances des autorités locales ;
  • Création d’une police aux frontières ;
  • Actions en faveur des victimes ;
  • Une « révolution pour la réhabilitation » des anciens détenus afin de faire baisser la récidive, s’appuyant sur une mise en concurrence du secteur associatif en octroyant des subventions sur résultats ;
  • Réforme des lois permettant de vendre de l’alcool 24h/24 ;
  • Interdiction de la vente d’alcool à bas prix par les grandes surfaces.

La conférence annuelle du « National Community Safety Network » (NCSN) qui s’est tenue à Belfast du 15 au 17 juin a permis aux techniciens de la sécurité des villes du Royaume-Uni d’exprimer leurs interrogations en ce qui concerne les éléments budgétaires alloués aux forces de police et aux actions partenariales au niveau local.

Il semble cependant que les techniciens de la sécurité approuvent l’allègement significatif des nombreux indicateurs permettant de scruter et évaluer l’action publique. L’argument utilisé est qu’on ne peut produire autant de services de sécurité avec des moyens en baisse sans recourir à d’importants gains de productivité et économies d’échelles – notamment en se fondant sur des actions partenariales.

L’annonce de la simplification de procédures considérées comme très bureaucratique est donc accueillie avec un certain optimisme. Un des éléments à prendre en compte est la volonté du gouvernement de décentraliser un certain nombre de prérogatives, dans un pays traditionnellement très centralisé. Cependant, les techniciens ont souhaité souligner qu’un surcroît de pouvoir alloué aux autorités locales doit s’accompagner de moyens à la hauteur des ambitions en terme de réduction de l’insécurité et de prévention de la criminalité.

Un communiqué de presse émanant de NCSN a été rédigé.

Pour réagir à cet article, n’hésitez pas à contacter burtonpage(at)efus(dot)eu