« La sécurité du territoire est une problématique globale qui demande concertation » Carla Tavares, maire d’Amadora (PT)

Aussi en... (English)

Entretien avec Carla Tavares, maire d’Amadora, une municipalité du Grand Lisbonne devenue récemment membre de l’Efus.

Presidente CMA -foto oficialRVBPourquoi avez-vous décidé de rejoindre le Forum européen pour la sécurité urbaine ?

La municipalité d’Amadora est très concernée par la sécurité de tous les citoyens qui habitent, travaillent et visitent la ville. L’adhésion à l’Efus nous permet de travailler en réseau avec d’autres villes et de partager des expériences et des bonnes pratiques avec les autres partenaires. Cette adhésion nous permet également d’intégrer le Forum portugais pour la sécurité urbaine et de nous rapprocher d’autres villes portugaises pour discuter de cette thématique. Nous souhaitons profiter de tous les avantages liés à l’Efus et au travail de proximité avec d’autres collectivités, notamment le partage d’expériences et de projets, les opportunités de formation et la possibilité de participer, à l’avenir, à des projets en commun avec d’autres membres de l’Efus.

“L’adhésion à l’Efus nous permet de travailler en réseau avec d’autres villes et de partager des expériences et des bonnes pratiques avec les autres partenaires.”

Quelles sont les principales problématiques de sécurité à Amadora ?

Amadora est une ville de près de 176 000 habitants de 41 nationalités, sur un territoire de seulement 24 km2. La sécurité est donc une préoccupation importante. Nous souhaitons que les habitants comme les visiteurs se sentent en sécurité pour pouvoir vivre pleinement la ville. Nous considérons qu’Amadora est une ville sûre, avec peu de foyers de criminalité, liés à son emplacement urbain. Les vols et vol à l’arraché et le phénomène croissant de la violence domestique font partie de nos principaux motifs de préoccupation. Les stratégies de sécurité qui permettent de réduire cette criminalité, que ce soit par les politiques du logement, sociales ou d’appui aux groupes de population les plus fragiles, sont clés pour renforcer la cohésion sociale à Amadora et rendre la ville plus sûre.

Quels programmes menez-vous pour prévenir la délinquance et renforcer la sécurité ?

Nous considérons que la sécurité du territoire est une problématique globale qui demande concertation autour de toutes les politiques.

Les opérations de requalification urbaine que nous menons renforcent la sécurité publique, comme par exemple la construction d’équipements de loisirs en plein air ou l’amélioration de l’éclairage public. Par ailleurs, la mairie développe des politiques de soutien à l’immigration, comme par exemple le projet « Arrival Cities », financé par l’UE et conduit par Amadora, qui vise à améliorer l’intégration des immigrants et à répondre au défi de l’accueil des réfugiés. Amadora a aussi conduit une campagne pour lutter contre les préjugés et les rumeurs affectant les migrants, « N’alimente pas la rumeur ! ».

Par ailleurs, nous avons développé et mis en place un Plan municipal contre la violence et un Plan municipal pour l’égalité qui sont des outils indispensables au travail de la communauté. Il convient de souligner que dans la mesure où la municipalité ne dispose pas d’organe de police criminelle, elle travaille étroitement avec les forces de sécurité présentes sur le territoire. Un exemple de cette collaboration est le système de vidéosurveillance que nous commençons à installer avec le déploiement de 103 caméras dans les lieux identifiés par la police nationale comme étant ceux où se concentrent les crimes et délits, en particulier les vols et vols à l’arraché. Il s’agit principalement des zones urbaines situées près de parcs et des noeuds de transport.

En outre, la municipalité d’Amadora est associée à la campagne des Nations Unies « Making Cities Resilient: My City is Getting Ready » (rendre les villes résilientes : ma ville se prépare). En effet, une ville bien informée, préparée et participative contribue à la sécurité et peut affronter de façon autonome les désastres naturels ou humains. Le thème de cette campagne est la nécessité pour les autorités locales de faire face sans fatalisme à l’éventualité des désastres et de mettre en place des bonnes pratiques qui leur permettent de résister, de s’adapter et d’être résilientes. Avec le slogan « Toujours en mouvement, Amadora est résiliente », nous avons défini notre propre stratégie locale fondée sur une analyse minutieuse du nombre d’incidents, dont la plupart sont de caractère urbain (incendies, inondations, accidents de la route et accidents affectant les piétons) et la participation de toute la population pour l’analyse des risques et vulnérabilités présents sur le territoire, par un processus de résillence communautaire.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *


*