Présidence hongroise de l’Union européenne : une « Europe solide et à visage humain »

Also in... (English)

HU map

C’est au tour de la Hongrie d’assumer la présidence de l’Union européenne, pendant le premier semestre de 2011. Une « Europe solide et à visage humain» est le slogan choisi par la Hongrie pour son mandat en tant que présidente de l’Union européenne, mandat qui sera axé sur quatre thématiques centrales : croissance, emploi et intégration sociale ;  une Europe plus solide ; une Union proche des citoyens ; élargissement et politiques de quartier.

Le programme de la Hongrie est le reflet  du programme joint du trio de présidences qu’elle forme depuis 2010 avec l’Espagne et la Belgique, et qui inclut  la mise en place du programme de Stockholm dans les domaines de la justice et des affaires internes.

La présidence hongroise de l’UE suscite un intérêt particulier, car au cours des dernières élections législatives, le paysage politique de la Hongrie a été bouleversé avec un virement à  droite. En effet, en avril 2010, le parti d’extrême droite Jobbik est devenu la troisième formation politique du pays et l’ancien premier ministre de centre-droit (de 1998 à 2002) Viktor Orban a été réélu à ce poste après une victoire écrasante, permettant à son parti Fidesz de changer unilatéralement la Constitution hongroise. Sa proposition d’accorder la citoyenneté à tous les Hongrois de souche vivant à l’étranger, ainsi qu’une loi controversée étendant considérablement les pouvoirs du gouvernement afin de contrôler les médias, ont été accueillis par ses détracteurs comme autant de preuves que Viktor Orban serait, selon eux, un populiste et un nationaliste. Certains ont exprimé des inquiétudes au sujet du mandat de M. Orban à la tête de l’UE, du fait des controverses au sujet de la liberté de la presse en Hongrie et de son euroscepticisme affiche lors de sa campagne électorale.

En tant que président de l’UE, le gouvernement hongrois est voué à adopter un positionnement européen et à diriger les politiques de l’UE. La Hongrie a souligné qu’elle souhaitait tenir le rôle d’un intermédiaire honnête.

Le pays a également accepté de modifier sa loi sur les médias, si la Commission européenne signale des points incompatibles avec les lois européennes. Durant la présidence de la Hongrie, l’intégration par l’UE de la Charte des Droits Fondamentaux au Traité de Lisbonne sera évaluée pour la première fois. La présidence a annoncé qu’elle souhaite renforcer les droits fondamentaux dans différents domaines. Cela contribuera à faire avancer l’adhésion de l’Union européenne à la Convention européenne des Droits de l’Homme du Conseil de l’Europe, qui permettra aux citoyens d’initier des procédures contre l’UE auprès de la Cour européenne des Droits de l’Homme.

Pour le travail dans les domaines de la justice et des affaires internes, la feuille de route reste le Programme de Stockholm, ainsi que le plan d’action pour sa mise en place. Dans le domaine de la justice, l’ordre du jour de la présidence prévoit également de travailler sur la protection des données, en particulier dans le domaine des politiques de renforcement de  la sécurité, ainsi que la protection de l’enfance, l’aide aux victimes et une meilleure coopération judiciaire transfrontalière dans les affaires civiles et criminelles.

La Présidence hongroise est également impliquée dans la lutte contre le crime organisé au sein de l’espace Schengen, qui nécessite la poursuite de la mise en place des programmes drécemment adoptés dans le cadre de la stratégie de sécurité intérieure adopté par le Conseil européen. Dans le domaine des affaires internes, l’élargissement de l’espace Schengen à la Roumanie et la Bulgarie est également une des priorités, qui fait à nouveau écho à un problème central dans le domaine des affaires sociales : le développement d’une stratégie européenne pour les populations Rom.

La communauté rom est la plus importante minorité d’Europe. Les états membres hébergent actuellement quelque 10 à 12 millions de Roms. Selon le European Policy Centre (EPC), environ 700.000 à 800.000 Roms vivent en Hongrie. La grande majorité de cette communauté est touché par l’exclusion sociale, les discriminations et une grande pauvreté. Il ressort de l’ordre du jour de la présidence jointe de l’Espagne, la Belgique et la Hongrie la nécessité de gérer les problèmes existants grâce à des mesures et des dispositifs plus efficaces. Les problèmes concernant la communauté rom seront également traités dans le cadre du programme « Europe 2020 », plan stratégique pour une croissance intelligente, durable et inclusive. Cette année, ce programme sera centré sur le chômage des jeunes et la lutte contre la pauvreté. Le but de la présidence hongroise est d’encourager les états membres à adopter un système-cadre européen pour leurs stratégies d’intégration des Roms, au cours de la réunion de Conseil européen en juin (c’est-à-dire une stratégie européenne pour les Rom). De plus, la Hongrie a proposé un programme sur l’intégration sociale et économique de la communauté rom et le pays accueillera la 5e réunion de la Plateforme européenne d’Intégration pour les Rom, les 7 et 8 avril 2011 à Budapest.


2011-03-07

1299488114

1965