Comment réduire la violence armée en Europe ? L’Efus participe à un séminaire régional à Zagreb, en Croatie

Also in... (English)

17 Septembre 2011 – Etablie à partir du principe que la violence armée est à la fois la cause et une conséquence du sous-développement et que les gouvernements doivent prendre des mesures concrètes pour prévenir et réduire la violence armée afin d’atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement des Nations Unies, la Déclaration de Genève sur la Violence Armée et le Développement (http://www.genevadeclaration.org/) compte aujourd’hui 160 pays signataires, dont 21 des 27 membres de l’Union européenne. Dans le cadre de ses activités de sensibilisation et de dissémination, la Déclaration de Genève a organisé, en partenariat avec le Programme des Nations Unies pour le Développement (UNDP selon le sigle en anglais), une série de séminaires pour recueillir des données et perspectives régionales sur ce phénomènes global. Les conclusions de ces rencontres seront partagées lors de la deuxième réunion ministérielle d’évaluation qui aura lieu à Genève à la fin octobre 2011.

Le Forum européen a été invité à participer au séminaire régional sur « Les meilleures pratiques de réduction de la violence armée en Europe » qui a eu lieu les 13 et 14 septembre 2011 à Zagreb, en Croatie. Cette rencontre était co-organisée par le gouvernement de Croatie et l’UNDP et a rassemblé des acteurs de divers pays des Balkans : Croatie, Serbie, Bosnie-Herzégovine, ex-République yougoslave de Macédoine et Albanie. Des responsables gouvernementaux et des organisations émanant de la société civile ont présenté leurs points de vue sur la sécurité et le maintien de l’ordre dans les collectivités locales, les stratégies de prévention de la violence armée ainsi que la violence vue sous l’angle de la différence de genre. Le rapport officiel de ce séminaire sera bientôt disponible.

L’Efus a fait part de son expérience comme réseau de villes oeuvrant à l’echelle locale dans un grand nombre de domaines, entre autres la violence armée. Parmi les nombreux sujets abordés pendant ce séminaire, nous avons trouvé particulièrement intéressant le fait que la région des Balkans développe les partenariats locaux de sécurité urbaine, à l’instar de ce qui est fait dans la plupart des pays de l’UE, et que la Croatie et la Serbie disposent à présent de respectivement 160 et 120 conseils locaux de prévention de la délinquance.

L’Efus va collaborer avec l’UNDP Croatie et le ministère croate de l’Intérieur pour établir des liens entre ces initiatives locales et celles menées dans le reste de l’Europe. Parmi les thèmes d’intérêt commun : les enquêtes sur la perception de la sécurité, la participation locale, les conduites à risque et notamment le binge drinking, l’intégration des minorités et les partenariats public-privé.

Comme l’a noté l’un des participants, il est particulièrement intéressant de discuter de la violence armée dans un contexte de faible taux d’homicides car les bonnes pratiques relevées dans les Balkans peuvent intéresser d’autres régions. Comme l’on sait, les Balkans ont connu un grave conflit dans les années 90 et ont aujourd’hui réussi leur transition vers la paix et la démocratie. L’expérience de cette région est particulièrement intéressante pour le reste de l’Europe même si la violence quotidienne y demeure un sujet important de préoccupation pour les habitants et donc pour les responsables politiques et autres décisionnaires.

2011-09-22

1316688866

2314