EUROsociAL 2011-2015 : quatre années consacrées à développer des politiques de prévention en Amérique latine

Also in... (English),(Español)

Paris, février 2016 – Le Forum européen pour la sécurité urbaine (Efus) a fait partie pendant quatre (2011-2015) du consortium du programme européen EUROsociAL II en tant que partenaire exécutif de l’axe « sécurité citoyenne » au Costa Rica, au Salvador, au Guatemala et à Panama. Outre les actions spécifiques pour chacun de ces pays, l’Efus a participé au développement de l’axe sécurité citoyenne d’EUROsociAL à l’échelle régionale aux côtés de ses partenaires, l’Observatoire international de la justice juvénile (OIJJ) et l’agence du ministère français des Affaires étrangères Expertise France (EF).

À la fin 2015, le programme EUROsociAL II s’est conclu après quatre années d’intervention dans la région, marquant la fin d’une phase importante de coopération entre l’Europe et l’Amérique latine. L’objectif était d’introduire des réformes dans les politiques publiques en faveur d’une plus grande cohésion sociale, notamment en favorisant l’apprentissage mutuel entre pairs et l’échange d’expériences entre institutions homologues d’Amérique latine et d’Europe.

L’apport de l’Efus dans le cadre d’EUROsociAL II

Grâce à son expérience reconnue en matière de sécurité urbaine accumulée au sein de son réseau d’autorités locales et régionales européennes, l’Efus a contribué à remplir les objectifs d’EUROsociAL en ce qui concerne les politiques publiques de sécurité citoyenne et de prévention de la violence. La mission de l’Efus était d’appuyer les gouvernements de la région en élaborant des méthodologies de coordination des acteurs institutionnels et en apportant ses conseils pour améliorer la coordination entre les différents niveaux de gouvernement.

Les principaux « chantiers » de l’Efus dans la région étaient :

  • Au Costa Rica, l’Efus a aidé le vice-ministère de la Justice et de la Paix à développer une méthodologie de coordination inter-institutionnelle afin d’améliorer la coordination entre les organismes qui font partie de la Commission nationale pour la Prévention de la Violence et la Promotion de la Paix sociale (CONAPAZ, selon le sigle en espagnol). Cette méthodologie a été approuvée par les instances gouvernementales et celles-ci préparent à présent un projet de décret qui doit être soumis à la présidence de la République pour approbation et promulgation.
    De plus, l’Efus a proposé un protocole pour la co-production de la sécurité à partir des niveaux national et territorial, qui est en cours de mise en place au niveau cantonal.
  • Au Salvador, l’Efus a assisté le vice-ministère de la Justice et de la Sécurité publique pour établir un plan de mise en oeuvre du Plan Salvador Sûr (Plan El Salvador Seguro, PESS) au niveau local. Il s’agit d’articuler de façon plus efficace les différentes interventions de prévention sur le territoire.
  • Au Guatemala, l’Efus a assisté le vice-ministère de la Prévention de la Violence et de la Criminalité en renforçant les capacités des managers nationaux chargés d’aider les gouvernements locaux à mettre en oeuvre la politique nationale de prévention de la violence. L’Efus a aussi contribué à élaborer un projet de loi générale de la Prévention de la Violence qui constituera le socle de la politique menée actuellement par le gouvernement guatémaltèque.
  • Au Panama, l’Efus a assisté le ministère de la Sécurité publique pour coordonner les acteurs impliqués dans la stratégie nationale de sécurité citoyenne en matière de financement – en participant à la mise en place d’une table ronde de donateurs – et en élaborant une méthodologie de coordination entre le gouvernement national et les instances de gouvernement régionales.
  • Au niveau régional, l’Efus et ses partenaires du consortium ont développé un « Modèle régional de politique intégrale de prévention de la violence et de la délinquance » qui constitue un outil de travail pour l’élaboration et la gestion de politiques de sécurité citoyenne et de prévention de la violence. L’Efus a également conçu trois guides opérationnels pour faciliter la mise en oeuvre de ce modèle. Ces outils ont été accueillis très positivement par les responsables gouvernementaux en charge des politiques de sécurité citoyenne et de prévention de la majorité des pays de la région.

Toutes ces actions étaient inspirées par le travail mené au sein de l’Efus en matière de méthodologies, de pratiques innovantes et par les échanges entre les membres de l’Efus. Sans aucun doute, le succès de ces interventions doit beaucoup aux experts de l’Efus – autant ceux originaires d’Amérique latine que ceux originaires d’Europe – qui sont intervenus tout au long du programme. 

Des membres de l’Efus et experts européens ont apporté leur expérience et expertise au programme : Josep Lahosa ( Ville de Barcelone, ES), Gian Guido Nobili (Région Émilie-Romagne, IT), Paulo Machado, Vasco Franco, Angels Vila, Francesc Guillen, Santi Herrero, Begoña Curto, Vicente Valentin (tous les cinq de la Généralitat de Catalogne, ES), Carlos Rabaçal, Luis Bucho (Ville de Setúbal, PT), Chris William (municipalité de Brent, GB) aux côtés des experts latino-américains : Laura Carrera, Claudia Laub and the El Agora team, Carlos Mendoza and the PEC team, Oscar Aguilar, Verónica Martínez, Markus Gottsbacher, Julio Solis, Ximena Anwandter, Lorena Cohan, Myriam Merchan, Jorge Cardozo and Monica Zalaquett.

L’apport d’EUROsociAL à l’Efus

Cette expérience a aussi permis à l’Efus de confirmer que ses principes fondés sur le respect des droits de l’homme peuvent aussi s’appliquer hors d’Europe. Les échanges et enseignements entre pairs, qui constituaient la base du programme, ont enrichi notre réseau de ces expériences latino-américaines.

JosepLahosaPour Josep Lahosa, directeur exécutif du Forum espagnol pour la prévention et la sécurité urbaine (FEPSU), « l’un des aspects les plus intéressants du programme a été la constitution d’équipes de travail composées d’experts latino-américains et européens. Cette dynamique a permis d’échanger des informations et des connaissances et cela favorise l’innovation. Il ne s’agissait pas d’accumuler des connaissances mais plutôt de favoriser des processus innovants. »

ChrisWilliamsPour Chris Williams, responsable de la Sécurité communautaire de la municipalité de Brent, près de Londres (GB), qui a participé au programme au Panama, « voir comment différents pays d’Amérique latine développent des bonnes pratiques de prévention était passionnant. En particulier, l’adoption d’approches de police communautaire semble avoir été très fructueuse en matière de taux de criminalité et de satisfaction des citoyens, alors que c’est quelque chose qui peut être particulièrement difficile dans les zones marquées par des relations difficiles entre la police et les citoyens. Certaines pratiques développées en Amérique latine sont riches d’enseignements pour les villes européennes. »

Le programme a aussi permis de revisiter certaines problématiques qui peuvent paraître très théoriques mais qui en fait sont bien réelles et appellent à réfléchir. Ainsi, Francesc Guillén, représentant de la Generalitat de Catalogne (ES), estime que :

F Guillen« EUROsociAL nous a obligés à réfléchir sur les politiques de sécurité, notamment celles destinées à prévenir la violence, ce qui était son objectif principal. EUROsociAL a mis l’accent sur l’importance des personnes et de leurs relations, car la cohésion sociale et la communauté sont le socle sur lequel on peut construire une société où les gens vivent en paix, avec des niveaux de violence acceptables. Le programme a mis en évidence qu’il est nécessaire d’identifier clairement les problèmes et les acteurs, mais aussi qu’il est fondamental de bien penser les stratégies et les méthodes pour que les acteurs agissent de façon coordonnée, que les objectifs soient atteints et qu’on n’aboutisse pas, comme cela arrive parfois, à une superposition d’activités contradictoires. »

Bien que l’activité de l’Efus soit fondamentalement centrée sur l’Europe, sa participation à des programmes de ce type dans d’autres régions du monde permet de valoriser son action et de la comparer avec des pratiques mises en place dans des contextes très différents. De plus, dans notre monde globalisé, il est intéressant de recueillir des informations sur les problématiques de sécurité d’autres continents car elles peuvent avoir une incidence en Europe.

EuroSocial2