La Lettonie prend la présidence de l’UE sous le signe de la “compétitivité”, de “l’Europe digitale” et de “l’Europe engagée”

Also in... (English)

EU2015LV Paris, janvier 2015 – La  Lettonie a pris le relais de l’Italie à la présidence du Conseil de l’Union européenne le 1er janvier, pour une période de six mois. C’est la première fois que ce pays balte de 1,9 million d’habitants assume cette présidence tournante depuis son entrée dans l’Union européenne en 2004. Riga, qui a placé son mandat sous le triple signe de “l’Europe compétitive”, “l’Europe numérique” et “l’Europe engagée”, a la responsabilité de déterminer les priorités de l’Union européenne, notamment à travers la définition d’un agenda politique (https://eu2015.lv/the-presidency-and-eu/priorities-of-the-latvian-presidency).

Parmi ces priorités, et en tant que présidente du Conseil, la Lettonie doit assurer l’accomplissement des objectifs du Programme stratégique pour l’Union à l’ère du changement, signé en juin 2014. Ce programme doit guider non seulement le travail du Conseil mais aussi celui des autres institutions européennes au cours des cinq prochaines années.

Parmi ces objectifs, et en ce qui concerne la sécurité et la prévention de la criminalité, le Conseil de l’UE estime primordiale  la coopération entre les Etats membres, particulièrement dans le domaine judiciaire. Pour cela, la présidence lettone va réexaminer et mettre à jour, d’ici à mi-2015, la stratégie de sécurité intérieure, notamment en matière de lutte contre le terrorisme et le crime organisé.

Cyber-sécurité et protection des données

En complément des dispositifs existants (https://efus.knowledgeplaza.net/tile/view/1680/ ) comme le réseau Radicalisation Awareness Network (RAN), la présidence du Conseil a proposé la mise en place de nouveaux dispositifs pour répondre au phénomène récent des combattants étrangers et notamment un “centre d’excellence” qui pourrait prendre le relais du RAN.

La présidence lettone insistera également sur la nécessité d’avancer dans la création d’un système européen de partage de “données des dossiers passagers”, à l’instar du Royaume-Uni ou des Etats-Unis, qui permet aux autorités de recueillir les données personnelles de passagers. Pour cela, de nouveaux instruments légaux s’avèreront essentiels de manière à garantir l’équilibre entre le bon fonctionnement des agences de sécurité et le respect des libertés et droits fondamentaux des individus.  La présidence du Conseil considère qu’il est prioritaire de consolider les mesures de protection des données, notamment par le biais d’un   accord général régulant ce domaine dans tous les Etats membres.

Concernant la politique numérique de l’UE, la cyber-sécurité sera primordiale et fera l’objet d’une stratégie spécifique.

En ce qui concerne les migrations, la présidence lettone entend valoriser les bénéfices du libre mouvement des personnes au sein de l’UE, tout en améliorant les instruments permettant de gérer les différents aspects de la migration.

Sur le plan économique, la Lettonie estime qu’il est primordial d’avancer dans les politiques de cohésion visant à la réduction des disparités économiques et sociales entre les Etats membres et de favoriser la croissance et la création d’emploi.

Enfin, la révision de l’Agenda Territorial 2020 devra servir de base pour la mise en oeuvre des politiques territoriales. Le renforcement du rôle des villes moyennes et petites sera également une thématique clé de l’Agenda urbain de l’UE. .