L’Efus s’associe au Congrès du Conseil de l’Europe pour lutter contre la radicalisation et la violence urbaine

Also in... (English)

CPLRE_Efus

Strasbourg, France, 14 septembre 2015 – L’Efus a signé une convention (memorandum of understanding, MOU) avec le Congrès des pouvoirs locaux et régionaux du Conseil de l’Europe (CPLRE) portant sur « la mise en oeuvre de la stratégie du Congrès pour combattre la radicalisation et sur les questions relatives à la violence urbaine », le 14 septembre à Strasbourg (France).

Cet accord fait suite à l’intervention du président de l’Efus, Guilherme Pinto, lors de la 28e session du Congrès en mars dernier, après laquelle le Congrès s’était rapproché de l’Efus pour relancer la coopération sur la radicalisation et la sécurité urbaine. Les deux organisations sont partenaires de longue date et le Congrès avait notamment participé à la conférence Sécurité, Démocratie et Villes à Aubervilliers et Saint-Denis, en 2012.

La convention rappelle que le Conseil des ministres du Conseil de l’Europe a adopté le 19 mai 2015 un « Plan d’action pour combattre l’extrémisme et la radicalisation conduisant au terrorisme (2015-2017) » qui prévoit notamment des « mesures concrètes dans le secteur public, et des [activités de] sensibilisation de la population ». Elle rappelle également que conformément à la Résolution 381 (2015) et la Recommandation 371 (2015) sur « La lutte contre la radicalisation au niveau local : le rôle des autorités locales et régionales », le CPLRE « a décidé de s’appuyer sur la coopération établie avec des réseaux pertinents tels que le Forum européen pour la sécurité urbaine pour mettre en oeuvre sa stratégie au travers d’activités conjointes auxquelles participent les autorités locales. »

L’objectif de cet accord est de créer un cadre de coopération entre le Congrès et l’Efus sur tous les thèmes liés à la sécurité et la lutte contre la violence qui sont du ressort des autorités locales dans les pays membres du Conseil de l’Europe. Il s’agit de traiter « les problèmes de sécurité urbaine, de droits de l’homme et de participation citoyenne, en rapprochant l’action politique du Congrès et l’expertise technique de l’Efus, au travers d’activités conjointes » telles que la création d’initiatives communes et l’organisation de conférences. Le document cite notamment la mobilisation des autorités locales contre la violence extrémiste, en plus des réseaux existants (notamment le Radicalisation Awareness Network – RAN).

La première activité née de cette coopération renforcée sera la conférence des autorités locales sur la prévention de la radicalisation, qui sera organisée conjointement par l’Efus et le CPLRE le 18 novembre, à Aarhus (Danemark).

L’Efus se réjouit de cet accord avec une des institutions clés de l’Union européenne, avec laquelle il partage « un souci commun pour le respect des droits de l’homme » et la conviction que « la mise en place de politiques de sécurité ne doit pas mener à l’exclusion et la répression de groupes vulnérables », précise le MOU.

L’Efus escompte que cet accord permettra de faire entendre davantage en Europe la voix des autorités locales et régionales sur les questions de sécurité urbaine et plus particulièrement sur le phénomène de la radicalisation, mais aussi de renforcer les politiques de prévention qui sont plus que jamais nécessaires dans le contexte actuel.