Comité exécutif à Lisbonne, partenaire historique de l’Efus

Also in... (English)

La ville de Lisbonne a accueilli le 5 novembre dernier le Comité exécutif de l’Efus, dont elle est un partenaire historique. Plus de 30 participants originaires de 15 collectivités locales ont débattu de divers thèmes d’actualité. Ils ont notamment adopté deux résolutions, l’une appelant l’Union européenne à aider les villes qui accueillent les communautés rom et l’autre portant sur l’utilisation démocratique et responsable de la vidéosurveillance.

L’une des villes fondatrices du Forum en 1987 -l’un des signataires de l’acte fondateur était Jorge Sampaio, à l’époque maire de Lisbonne et devenu par la suite président de la République portugaise- la ville de Lisbonne en est aussi l’un des membres les plus actifs. Elle en a assuré la vice-présidence de 1999 à 2001 ; elle a été également membre du Comité exécutif entre 2002 et 2005, puis de nouveau depuis 2009. Lisbonne a également participé en tant que partenaire à de nombreux projets européens, entre autres sur le service volontaire européen, les abus contre les femmes âgées et les drogues. La réunion du Comité exécutif se déroulait dans la Salle des Archives de la mairie, un lieu historique où fut signé il y a exactement cent ans, en octobre 1910, l’acte fondateur de la République portugaise.

« Lisbonne est un membre essentiel du Forum, et nous lui sommes profondément attachés, tout autant qu’au Portugal », a déclaré Michel Marcus, Délégué général, à l’ouverture de la session. Un exemple de coopération entre le Forum et le Portugal est la récente initiative du gouvernement portugais qui a sollicité auprès de l’Union européenne un financement pour un projet conjoint avec la Belgique, la Slovénie et une région allemande afin d’implementer le Guide produit par le Efus sur les audits de sécurité.

Pour sa part, Manuel Brito, maire-adjoint de Lisbonne en charge des questions de sécurité, a souligné que « Lisbonne est une ville cosmopolite, multi-ethnique ; elle est aussi la porte européenne vers l’Atlantique ». M. Brito a présenté quelques unes des plus récentes initiatives de Lisbonne en matière de sécurité, notamment le projet d’installer une cinquantaine de caméras de vidéo-surveillance dans le centre historique, ce qui suscite quelques réticences de la part de la Commission pour la protection des données au Portugal. Parmi les autres projets évoqués : celui du contrat local de sécurité et le transfert de compétences de la police nationale vers la police municipale, en cours de négociation. Enfin, M. Brito a souligné auprès de ses collègues du Comité exécutif les avantages du système centralisé de gestion des crises mis en place à Lisbonne, où se trouvent réunis dans un salle de commande unique l’ensemble des services d’intervention tels que police municipale, protection civile, pompiers et associations de citoyens.

Les membres du Comité exécutif ont également débattu pendant cette réunion du plan de communication du Forum, présenté par Costa Foniadakis, Chargé de Communication. Développer les échanges avec les villes-membres est l’objectif principal, a-t-il souligné, après avoir rappelé les principales réalisations de l’année écoulée et notamment la refonte du site web et de l’identité graphique de l’ensemble des publications du Forum.

La prochaine réunion du Comité exécutif aura lieu le 25 février à Vienne (Autriche), pendant la conférence du projet DC&D II « New challenges, new solutions ». La prochaine Assemblée générale aura lieu les 20 et 21 mai prochains à Gênes (Italie), pendant la conférence euro-méditerranéenne sur les nouvelles technologies de sécurité urbaine. A signaler : Gênes a signé la Charte pour une utilisation démocratique et responsable de la vidéo-surveillance qu’elle est en train de faire voter comme réglementation municipale.

2010-11-24

1290603083

1730